Flash
Accueil / BDSM / Fétichisme des pieds : c’est le pied!
Fétichisme des pieds : c’est le pied!

Fétichisme des pieds : c’est le pied!

En tant que Soumise, je sais ce que c’est que d’être « aux pieds » de Mon Maître. Je sais le plaisir que j’y prends à m’abaisser ainsi et pourquoi je le fais. Cependant, je n’ai jamais compris ou ressenti le plaisir réciproque qu’un Maître pouvait en tirer. Une jeune fille m’a fait récemment entrevoir ce plaisir qui peut me faire mieux comprendre le fétichisme des pieds.

Fétichisme des pieds

J’ai eu l’occasion de découvrir le fétichisme des pieds de différentes façons, notamment en initiant un jeune soumis il y a quelque temps. Je dois avouer que cela ne m’excitait pas plus que cela. J’en apprécie la preuve de soumission et l’humiliation qui y sont associés mais sans plus. Je n’avais pas d’excitation proprement dite lorsqu’il m’embrassait les pieds ou les jambes à travers mes bas. Pire, cela pouvait même me chatouiller ce qui pouvait devenir désagréable.

Il m’est déjà arrivé bien sûr d’embrasser ou de lécher les pieds de Mon Maître ou d’être simplement prosternée contre sa chaussure, par respect, pour lui montrer mon statut et le Sien, pour Sa suprématie. C’est humiliant et pourtant c’est aussi un plaisir profond que d’être ainsi aux pieds de Son Maître. Il lui arrive aussi d’utiliser son pied pour me masturber et si je me frotte dessus comme une bonne chienne, je ne m’en sens pas moins humiliée, il me demande parfois de bien faire reluire le cuir de ses chaussures en les brossant de ma chatte, de ma mouille.

J’ai eu l’occasion de découvrir ces plaisirs de l’autre côté du miroir, en tant que domina, avec Puppy, cette jeune étudiante et petite chienne adorable qui avait partagé la soirée d’anniversaire de Mon Maître, Puppy étant le surnom qui lui avait été prêté.

Puppy est une jeune lesbienne qui peut prendre du plaisir avec une queue de mâle mais il est clair que son âme et son cœur sont lesbiens. Je lui plais beaucoup, je le sais et c’est réciproque. Cette position de Domina/soumise nous convient bien à elle comme à moi lorsque nous sommes ensemble et même si l’histoire n’ira pas très loin, nous prenons plaisirs à nous voir de temps à autre pour quelques tranches de vi(c)es.

Il est 21h30 et je suis assise aux côtés de Mon Maître vêtue simplement de ma nuisette et pour une fois, je ne porte pas de bas. J’ai à peine eu le temps de rentrer du sport et de sauter dans la douche avant qu’il n’arrive et ce n’est pas une obligation, une règle qu’il me fixe, il apprécie aussi mes jambes nues.

Puppy est donc revenue Nous voir ce soir-là et alors que Nous buvons le café qu’elle vient juste de Nous servir, Mon Maître lui demande de s’agenouiller devant Nous. Elle est totalement nue et je dois avouer que son corps de jeune soumise me plait et m’excite beaucoup.

Elle n’hésite pas à exhiber sa chatte avec les jambes bien écartées, son abricot est magnifique, gonflé, juteux ! Cela l’excite tellement de s’exhiber ainsi comme une chienne en chaleur que sa peau en transpire de tous ses pores. Ses attitudes parfaites sont vraiment intrigantes pour une jeune novice. Il est très difficile de croire que c’est une débutante et pourtant, il semblerait bien que cela soit le cas.

Elle s’avance vers moi timidement à quatre pattes et je me demande bien l’idée qu’elle peut avoir en tête alors que Mon Maître lui, comprend immédiatement ce qui se passe et l’encourage dans sa démarche vis-à-vis de moi. La voici en train de me baiser le dessus des pieds et cela me surprend, elle se donne corps et âme dans ses baisers, ils sont profonds.  Je la ressens terriblement, violement. Un baiser sur les pieds peut donc être aussi profond qu’un baiser sur la bouche ? Question de personnes probablement mais il est clair qu’à cet instant, qu’à ce contact mon pouls s’accélère immédiatement.

Je regarde cette petite se laisser aller à son envie soudaine de me montrer sa soumission et je me détends doucement. Après m’être acclimaté à ses attentions que je ne connais pas « pour moi », je lui demande de retirer mes chaussures et de continuer à m’embrasser. Elle est très délicate dans ses gestes et à la fois ferme dans ses baisers, je peux sentir son souffle qui s’accélère sur mes pieds et je me laisse entraîner dans son excitation. Elle s’excite, elle m’excite, je m’excite. Je pense que j’arrive à me connecter avec elle « cérébralement parlant » comme j’arrive tant le faire avec Mon Maître.

Je me rends compte que j’aime la puissance qu’elle me confère dans cette position et dans cet acte précis à me baiser les pieds. Je regarde Mon Maître fébrile, je n’ai pas l’habitude d’être à cette place-là, lui me sourit et je sais qu’il partage mes pensées, qu’il est fier de me voir ainsi, Domina. Je me mets à sa place à Lui quand moi je lui baise les pieds, cela devient schizophrénique mais j’adore, je le comprends aussi de mieux en mieux du coup.

Mon Maître ressent que Puppy veut aller plus loin mais qu’elle n’ose pas, qu’une barrière dans sa propre âme lui interdit, il lui demande alors de bien sortir sa langue, d’arrêter d’embrasser mes pieds et de bien les lécher. Elle ne se fait pas prier, c’est ce qu’elle attendait d’elle-même sans en être capable, il fallait la pousser, et ça, Mon Maître sait très bien le faire. Sa langue est chaude et humide c’est très agréable. Elle n’hésite pas à me lécher entièrement les pieds l’un après l’autre, dessus, la plante, le talon, les orteils et je sens mon désir monter de plus en plus, ma chatte coule.

« Suce-lui les pieds » demande alors Mon Maître plus directement. J’appréhende un peu les chatouilles mais c’est aussi ce dont j’ai envie, qu’elle me les suce, les lèches, partout. Puppy obéit sans se faire prier et me suce les orteils un à un, des frissons de plaisirs me parcourent. Je suis dans l’expectative, je n’avais encore jamais ressenti cela. Mon cœur bat très vite, ma chatte coule, des arcs électriques partent de mes pieds à ma chatte, c’est divin.

Puppy se donne à fond, elle aime clairement cela, je sens son plaisir d’être ainsi humilier et je lui demande de me nettoyer complétement ce qui l’excite de plus en plus. Cette chienne aime être salie et c’est terriblement plaisant en ce qui me concerne. Tout d’un coup je ressens une sorte de boule au cœur, je me rends compte d’une chose : elle m’offre le même respect que je voue à Mon Maître, elle me vénère et même si ce n’est que l’espace d’un instant, je me vois en elle et c’est troublant.

Mon Maître ressent tout ce qui se passe entre elle et moi, la tension sexuelle est énorme dans la pièce. Il prend ma main et la pose sur son pantalon en me souriant, je sens alors battre Sa queue déjà bien dure dans son pantalon. Il ne quitte pas des yeux cette petite chienne et se délecte de la scène. Elle pompe littéralement mes orteils comme si elle passait d’une bite à une autre. Mon Maître se lève et se rend dans la chambre pour y chercher un accessoire. Je suis curieuse de voir ce qu’il prépare.

La petite continue de me faire du bien et je me redresse un peu pour lui caresser la tête. Elle m’avoue qu’elle n’a jamais fait cela auparavant, qu’elle n’a pas d’attirance pour les pieds si ce n’est les miens dont elle s’est sentie attirée tout de suite la première fois. Je me rappelle en effet qu’elle avait aimé caresser mes pieds dans leurs bas et s’y frotter une fois.

Mon Maître revient et je suis surprise de voir qu’il tient mon « petit » vibromasseur préféré dans les mains. Un simple gode réaliste de 4cm de diamètre vibrant que j’utilise régulièrement pour me libérer de certaines pulsions.

Il ordonne à la petite de monter sur le canapé et de me lécher la chatte, elle à quatre pattes. Elle lui tend bien son cul comme une invitation en ignorant tout à fait ce qu’il s’apprête à lui faire. Je souris à Mon Maître lorsque je le vois lubrifier le petit trou délicieux de cette chienne. J’arrive presque à le voir d’où je suis tellement ses fesses sont cambrées.

Le vibro est maintenant à l’entrée de son cul et Mon Maître appuie pour qu’il entre en elle d’un coup, sans ménagements. Puppy se redresse, surprise et empalée mais j’appuie immédiatement sur sa tête pour l’enfuir entre mes jambes. «Continue de me lécher et fais toi enculer comme une bonne chienne, j’adore voir cela», je me surprends moi-même d’avoir dit cela.

Elle lape alors de plus belle mon clitoris et Mon Maître commence à littéralement lui démonter le cul. J’hallucine quand je vois avec quelle facilité son petit trou s’ouvre pour recevoir le vibromasseur, elle jeune lesbienne sans beaucoup d’expérience… se faire ouvrir ainsi le cul, c’est incroyable.

Puppy  gémit et se tortille, je resserre alors mes cuisses autour de son visage lui demande de sortir sa langue et de ne plus faire de mouvement, de rester immobile. Je bouge alors mon bassin me frottant, me branlant littéralement sur sa langue chaude et humide, quel délice !

Mon Maître continue de lui défoncer le cul et je suis sur le point de jouir lorsqu’il me décrit son petit trou : «il reste béant lorsque je ressors le vibromasseur ». Ces mots me font jouir immédiatement et il me faudra un moment avant de le rejoindre pour observer moi-même ce beau spectacle qu’est celui d’un trou de chienne bien rond, bien ouvert, bien béant.

Je la caresse un instant et lui demande de sucer Mon Maître. Elle se jette alors sur sa queue comme une affamée, ce qui est totalement surprenant pour une lesbienne. Je lui demande de ralentir, de prendre le temps de sucer, de lécher, d’apprécier mais elle finit par gober la queue de Mon Maître et se l’enfonce au plus profond de la gorge, au maximum qu’elle puisse supporter.  Elle se démonte elle-même la bouche avec la queue de Mon Maître. J’adore la regarder Lui faire du bien et  voir sa bave couler sur ses couilles. Puisque c’est ce qu’elle veut, Mon Maître décide de lui baiser alors la bouche un bon moment, sans ménagement avant d’exploser de de déverser son sperme au fond de sa gorge.

Cette soirée se termine en caresses au féminin sur le canapé avant que Mon Maître ne nous laisse nous reposer. J’aurais découvert ce que c’est que de prendre mon pied au sens littéral !

Qu’en avez-vous pensé? Laissez-moi un commentaire.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

5 commentaires

  1. Thomas57

    Superbe texte et magnifique photo… de quoi continuer à rêver un peu plus fort… au plaisir de vous lire.

  2. Bonjour Madame,

    Encore merci pour ce bonheur de texte.
    Rarement des textes m’auront mis autant en émoi.
    Il y a une telle facilité à s’identifier, à ressentir … comme toujours ma position reste près de vos pieds.

    L’important n’est pas l’acte en lui même mais l’intensité que l’on y met.
    Le plaisir ne peut venir que par la qualité de l’acte.
    Nous devons nous donner et faire que le pied et tout ce qui le compose soit la chose la plus précieuse, la plus importante qui soit.
    N’importe qui peut donner un baiser mais une seule personne peut vous émoustiller d’un baiser.
    Pour cela il faut qu’un lien unisse la personne donnant et la personne recevant.

    Pour moi il n’y a rien de surprenant à ce qu’une lesbienne trouve du plaisir à une sodomie.
    Bien que n’ayant jamais pratiqué, à mon plus grand regret, je me suis déjà imaginé me retrouver au milieu d’un couple dominant.
    Je ne suis ni homo, ni bi et pourtant si on me demandait de sucer Monsieur par exemple je pense que je le ferai et y prendrai même du plaisir car l’acte sera d’autant plus humiliant pour moi qui n’ai pas cette sexualité.
    L’acte de sodomie est un acte masculin par excellence et donc une lesbienne qui se laisse aller à la sodomie c’est qu’elle est une magnifique soumise masochiste.

    Quel merveilleux article, quel plaisir !

    Merci encore,

    Vincent

    • Céline Messine

      Bonjour,

      Merci pour ce beau commentaire, j’ai trouvé en effet très pertinent votre remarque sur la sodomie.
      Je vous rejoins sur le fait qu’une lesbienne se laissant aller ainsi à la sodomie en fait une magnifique soumise masochiste!
      Comme vous le dites, je pense aussi que c’est l’intensité que l’on y met qui prime sur l’acte.

      Merci de toujours témoigner de vos impressions et analyses sur mes articles, c’est très plaisant.

      A bientôt !

  3. EleveMath

    A genoux, près de jolis pieds à admirer, masser, embrasser, chouchouter, lécher, sucer.. que la place est belle et chère.

    Mais Vous aiguisez notre appétit avec une photo de Votre délicat Pieds mis en valeur par ce bel escarpin. La langue qui pend c’est normal ?

Répondre