Flash
Accueil / BDSM / Chienne soumise s’assumer pour satisfaire son Maître
Chienne soumise s’assumer pour satisfaire son Maître

Chienne soumise s’assumer pour satisfaire son Maître

Je suis une chienne soumise, je le suis devenue en acceptant mon fort intérieur sous l’éducation de Mon Mâitre. Si j’ai toujours dégagé un aura sexuel, je l’ai d’abord subi. Mon Maître m’a permis de développer la chienne soumise en moi et de l’épanouir en la ramenant aux fondamentaux et en la disciplinant avant de l’offrir à d’autres. 

Naissance d’une chienne soumise

Je ne pense pas que l’on se découvre chienne soumise un jour, mais plutôt qu’elle sommeille en nous et que la vie fait que l’on choisit de la laisser s’exprimer ou non. J’ai toujours été très ouverte, allumeuse et provocatrice. Le sexe m’obsédait et les masturbations ne me suffisaient pas. Je découvrais le plaisir comme je pouvais et le corps des femmes est parfois difficile à apprivoiser. J’ai eu mes premiers rapports à un âge qui peut choquer. Et ce n’était pas de bonnes expériences. Ma frustration me faisait aller chercher plus loin, des partenaires plus expérimentés. Je multipliais, cherchant à rencontrer celui qui me ferait ressentir ce plaisir intense que je pouvais lire dans les forums ou dans les sites internet. Mon insouciance, ma liberté de mouvements exagérée, me conduisaient vers toujours plus de luxure. Mon péché mignon. Mais je subissais plus que je profitais de mes désirs. A 14 ans, lorsque j’ai rencontré Mon Maître, je l’avais rejoint au point de rendez-vous, grand sourire, en mini-jupe, haut blanc transparent, bottes et sans culotte. Je n’avais pas hésité 30 secondes, une fois montée dans sa voiture, à remonter ma jupe et lui dévoiler ma chatte nue, entièrement épilée. Et moi ce jour-là, je découvrais enfin mes premiers émois de chienne soumise. C’était bien Lui que je cherchais. Celui qui éduquerais la chienne soumise en moi et qui l’élèverait. Enfin quelqu’un qui comprenait mes obsessions et qui ne me jugerait pas en mal pour autant. J’ai voulu me soumettre à lui et développer mes capacités de chienne soumise pour m’épanouir dans le plaisir absolu et sans limites.

Mes premiers pas de chienne soumise

Lorsque j’arrivais chez Mon Maître, je me déshabillais entièrement et m’installais à genoux sur mon coussin de chienne soumise. Je tendais fièrement mon cou lorsqu’il s’approchait de moi avec mon collier de cuir rouge, tout droit sorti d’une animalerie, mon collier de chienne soumise. Il me l’attachait fermement, me caressait les cheveux et enfin la jeune fille sous ses airs modèle n’était plus. Mon Maître m’a toujours gratifiée de ces jolis mots considérés comme insultes « Chienne soumise, Salope, Traînée… ». Je ne me suis jamais sentie rabaissée, ni dénigrée. Il s’agissait de mots affectifs pour moi. Il m’habituait à me traiter ainsi moi-même, à voix haute, avec un ton assuré. Après tout, je n’avais pas besoin de me convaincre, il n’y avait rien de péjoratif et je savais très bien quelle chienne soumise grandissait en moi. Pour mieux la développer, Mon Maître m’ordonnait de me masturber quotidiennement. Il m’avait offert mon premier vibromasseur et je n’ose imaginer combien de piles j’ai pu consommer. Le fait de me traiter de tous les noms, ainsi que de me dire tout ce que je voulais qu’on me fasse me permettait de grimper facilement dans mon excitation et d’atteindre la jouissance. Il m’arrivait aussi souvent de me branler dans les toilettes des filles de mon lycée. J’avais beaucoup de besoins et Mon Maître voulait que je les évacue plutôt que de rester frustrée et/ou de faire n’importe quoi avec n’importe qui. Je l’informais à chaque fois que je jouissais. Chez lui, Mon Maître aimait me promener à quatre pattes, en bonne chienne soumise. Il attachait la laisse à la boucle de mon collier et je le suivais au pied. Je m’appliquais à garder mon cul en l’air, bien cambrée, prête à tout instant à me faire prendre en levrette, une bonne femelle, une bonne chienne soumise. Tout cela permet tout simplement de revenir aux fondamentaux. Se rappeler qu’une chienne soumise ne fait qu’obéir à Son Maître et le suit comme son ombre. Ses seules préoccupations sont son propre bien-être, son plaisir et l’exécution de ses ordres. Et elle se doit de lui témoigner respect, reconnaissance, dévouement en toutes circonstances. Elle ne connaît pas l’humiliation et la honte. Une chienne soumise n’a pas d’avis et Son Maître en dispose de toutes les façons qu’il souhaite.

chienne soumise dressée

Chienne soumise disponible et disciplinée

Mon Maître doit pouvoir se servir de tous les trous de Sa Chienne soumise quand il le souhaite. Ceux-ci doivent lui être disponibles à tout moment et être accueillants. C’est pourquoi dès mes 14 ans, j’ai commencé à porter un plug afin d’assouplir mon anus, mon trou de chienne soumise, celui qui n’est là que pour se faire du bien et où il peut se décharger comme il le souhaite. Pour le rendre plus accueillant, je portais ce plug quotidiennement. J’aimais me savoir remplie et travailler mon trou pour qu’il puisse y accéder le plus confortablement possible, à tout moment. J’ai toujours mouillé abondamment en étant remplie, ce trou de chienne soumise étant celui qui me procure le plus de plaisir aussi. Mon Maître était ravi de constater que je prenais à cœur ses demandes et que je ne me contentais pas du minimum exigé. Il m’arrivait déjà ado de me promener ainsi remplie. En permanence stimulée, excitée, et surtout en permanence chienne. Il peut me prendre à sec quand l’envie lui prend, mon trou étant assez ouvert pour que ça ne lui soit pas désagréable. Cela lui permet aussi de jouer avec et de le dilater à souhait. Il en a été de même concernant l’utilisation de ma bouche. Mon Maître voulait pouvoir la baiser comme mes autres trous. Il m’a tout appris à le sucer avec patience, et à force entraînements, ma bouche est devenue aussi humide, confortable, chaude et profonde que mes autres trous de chienne soumise. Elle lui est disponible aussi à tout moment et je suis enchantée qu’il puisse s’en servir comme vide couille dès son arrivée. Déguster son sperme est toujours un grand honneur. Aujourd’hui je l’accueille toujours à genoux sur mon coussin, vêtue au maximum d’une nuisette transparente, de bas et de talons hauts. Mes mamelles et mes trous lui sont ainsi toujours facilement accessibles. Je lui dois d’être toujours prête à son arrivée, et maquillée comme une traînée. Et pour terminer mon accueil je lui témoigne mon respect d’un baiser profond sur la main.

Chienne soumise publique

S’il était facile et évident pour moi de satisfaire ainsi Mon Maître, il m’a fallu un certain temps pour être totalement ouverte aux autres hommes à qui il me présentait. Notre séparation ayant créé chez moi quelques paradoxes que je devais dépasser. J’avais une certaine retenue parce qu’il était là. Je n’osais pas me lâcher totalement et encore moins libérer mes paroles devant les mâles en rut qu’il m’offrait. J’avais cette peur de le trahir ou de lui déplaire. Pourtant, ces moments cadeaux venaient de lui et Il n’a jamais eu l’intention de m’enfermer, bien au contraire. Mon appétit de chienne soumise étant énorme, et il m’avait par exemple offert un gang bang d’anniversaire des plus chauds. J’étais rassurée qu’il mène totalement les ébats et me susurre combien il aimait voir sa chienne soumise ainsi abusée. Je pouvais recevoir dans tous mes trous ces bonnes grosses queues juteuses et encaisser leurs incessants allers retours pendant quelques heures, en jouissant plusieurs fois. Mais je ne comprenais pas l’intérêt de m’adresser à eux. Ils avaient terminé par tous me gicler dessus, ravissant mon orgueil de chienne soumise et vide couille. Je n’ai commencé à comprendre combien j’aurais pu encore plus exciter ces hommes en m’adressant à eux qu’à partir du moment où nous avons revu l’un d’eux. Je ne pensais pas que les hommes bandaient aussi par l’oreille. Et que leur témoigner enthousiasme et l’envie d’être traitée ainsi pouvait les aider à dépasser le fait de devoir bander à côté d’autres hommes. Mon Maître voulait me faire prendre conscience qu’une bonne chienne soumise n’a pas à avoir peur de s’exprimer avant de m’emmener dans des plans plus hard. Je sais que cette année, la chienne soumise que je suis est prête à vivre des moments encore plus intenses. De quoi bien contenter mes papilles et de m’épanouir submergée de spermes et queues différentes, sous l’œil protecteur et pervers de Mon Maître. Je suis une chienne soumise qui dégage son aura sexuel à des kilomètres et qui ne subit pas les élans des hommes. Je les accueille avec gourmandise, provocation et grand sourire. Je suis là pour leur offrir tous mes trous et ma récompense est de pouvoir déguster leur jus. A la plus grande fierté de Mon Maître car si je peux être la chienne de tout un chacun, bien évidemment, je le suis avec qui Il choisit.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

22 commentaires

  1. Amaelys

    A quand des nouvelles, quelle évolution dans ton parcours? Te lire était un vrai plaisir, j’espère que tu arriveras à reprendre du temps pour continuer de partager tout ça avec nous 🙂

  2. article très bien écrit.
    merci

  3. Bonjour j adore ce que vous avez écris je me voie dans se que vous écrivez c est intense et vrai

  4. camille Michelin

    Wahou ! C’est très bien écrit ! Ça donne envi !

  5. bonjour, ça fait un moment que je vous suis et je dois dire que j’admire votre dévotion. vos articles sont toujours très bien écrits, c’est très plaisant à lire, et en même temps quand je vois certaines « soumises » sur Internet je me dis que vous êtes une perle bien trop rare

    • Céline Messine

      Bonjour et merci pour votre commentaire sincère. Si je partage avec vous le fait qu’aujourd’hui il y a beaucoup de soumise « d’apparence » ou jouant un jeu, surtout sur Internet et Facebook notamment, je sais aussi qu’il en existe encore avec ce petit supplément d’âme auquel vous faites référence. Il faut avoir la chance de rencontrer celle qui vous correspond et il en est de même vis à vis des « maîtres » ou beaucoup aujourd’hui usurpent leur « titre ».

      • malheureusement je suis très jeune, et beaucoup pensent que je ne suis qu’un fantasmeur alors que j’ai réellement besoin d’une soumise à éduquer et à protéger. pour être tout à fait franc, votre maître est un peu un modèle pour moi, j’espère que je serai comme lui un jour

      • Bonjour Céline,

        Votre vie est extraordinaire pour qui est adepte BDSM, comme moi, depuis peu je l’avoue.
        Je suis soumis à ma Maitresse A avec passion, bien que nos rencontres soient espacées!
        Ma Maitresse m’éduque avec douceur et attention, crescendo…
        Je souhaiterai tout comme vous avec votre Maitre qu’Elle use de moi et me donne à d’autres pour son plaisir… et le mien!
        En tout cas un GRAND MERCI pour vos récits de vie de soumise, vous forcez l’admiration!!!
        Quentin, soumis à A

  6. Texte très bien écrit qui donne très envie !

  7. Bonjour Celine. Je suis tomber par hasard sur votre blog et je ne le regrette pas. J’ai lu votre journal et plusieurs autres articles. Non seulement c’est très bien écrit et décrit mais j’imagine à quel point votre maître doit être fier d’avoir une soumise aussi belle, dévouée et plaine d’esprit.
    Moi même je suis dominant, malgré mes 25 ans j’ai déjà connu différents expériences courtes avec des soumises. Je ne prétend pas être un maître car pour moi c’est une maîtrise qui demande du temps et une longue relation avec soumise. Je confirme se que vous dites dans un de vos articles, trop peux de dominant place leur soumises au centre de leur préoccupation. Un maître doit protéger, guider, veiller sur sa soumise et tout faire pour lui donner un maximum de confiance en elle et à se moment la elle aura toute confiance en son maître et lui sera dévouée pour un plaisir mutuel. Hélas les soumises comme vous sont très peux nombreuses et je commence à desspere d’en trouvée une avec qui construire cette relation.
    En tout cas un grand bravo pour votre blog.

  8. Comment puis-je vous appeler?
    Mademoiselle, Chère Céline, Femme merveilleuse? Car j’aimerais vous dire que vous êtes admirable, merveilleuse, fantastique!
    Je viens de tomber « littéralement » sur vos articles (au travers de Twitter je crois) et je n’en ai lu que trois. Pour l’instant. Mais je me délecte! Vous êtes fabuleuse! Quelle femme prodigieuse vous êtes! Votre passion pour le sexe, c’est-à-dire pour la vie m’émeut au plus haut point.
    C’est peut-être, ou sûrement, parce vous écrivez super bien aussi. Et savez exprimer vos ressentis.
    Savez-vous que toutes les femmes devraient être à votre image? Mais elles n’osent pas! Vous, vous avez su, grâce à votre intelligence, surmonter tous les tabous, tous les (faux) interdits qui entravent les femmes et les rendent malheureuses… Vous êtes l’exemple à suivre. Je dirais même que vous êtes, vous et les femmes qui osent être comme vous, que vous êtes l’avenir de l’humanité.
    Voilà exprimer sous le coup de l’émotion ce que m’inspirent vos textes et votre vie.
    Bien cordialement

    • HommeDominant

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, à savoir que toutes les femmes devraient être à l’image de Mlle Céline. Or, et c’est bien le plus triste de toute cette histoire, elles ont toutes cette crainte maladive qui leur taraude les tripes d’être jugées. C’est dommage que celles qui assument leurs états d’âme de cette façon-là soient si rarissimes.

      Si seulement elles savaient comme il n’y a de plus satisfaisante relation que celle d’un dominant et de sa soumise qui vivent l’un et l’autre en parfaite symbiose.

      Il faut en effet faire preuve d’immensément d’intelligence pour savoir surmonter les diktats de notre société bien pensante et faire fi des entraves qui se posent sur la route de l’épanouissement sexuelle.

      Je salue Mlle Céline et, surtout, son Maître qui a su lui révéler et lui faire prendre pleinement conscience de son potentielle de chienne.

  9. Encore un texte merveilleusement bien écrit, cela m’a beaucoup fait pensé à l’Histoire d’O « On ne donne que ce que l’on possède ».

  10. chris59lille

    une Soumise avec un grand « S »;
    J’aime vos récits car ils sont écrit par vous Céline en vous dévoilant en expriment vos ressenties vos sensations.
    le fait est que vous participez en paroles, en actes, en gestes, fait de vous une soumise comblée.
    Un Maitre avec un grand « M » également qui sait vous écoutez vous faire participer et vous faire jouir dans tous les sens du termes et pas uniquement pour son propre plaisir.
    Vous vous êtes trouvés, puis retrouvés, ne vous séparez plus…

  11. huuum ton histoire me donne aussi bcp d’idée de dominant, Céline.

  12. quelle dévotion de votre part a satisfaire votre maitre, je suis admiratif ,et si joliment écrit

  13. RollingCoquinou

    Encore une fois un texte bien écrit et d’une grande force ! Tu sais parfaitement nous faire ressentir tes émotions et tes sensations de chienne ! Je suis totalement conquis et excité par ce que tu exprimes !

Répondre