Flash
Accueil / BDSM / Éducation de soumise : Ma rééducation physique et psychique
Éducation de soumise : Ma rééducation physique et psychique

Éducation de soumise : Ma rééducation physique et psychique

Aujourd’hui, notamment sur Internet, tout un chacun s’autoproclame Maître sans en disposer la moindre qualité et encore moins la moindre culture à ce niveau. On ne compte plus les « marquis de » qui n’ont jamais ouvert le moindre livre de Sade, les « maîtres xx » qui n’ont jamais dirigés une éducation de soumise. Leur recherche n’est que sexuelle et souvent destructrices en utilisant les failles de filles souvent déjà abîmées. Le Maître est censé maîtriser, apprendre et éduquer, il fait grandir Sa Soumise, il dirige l’éducation de soumise qu’il met en place. Ce n’est malheureusement pas le cas avec cette foultitude de pseudos maîtres qui sont destructeurs. Attention mes congénères Soumises, tous ne seront pas apte à vous donner une éducation de soumise… Mon Maître lui est un constructeur, Il se préoccupe du bien être de Sa Soumise et de la mettre dans les bonnes dispositions avant de la confronter à ses propres désirs, si noirs soient ils. Mon éducation de soumise que me délivre Mon Maître ainsi que sa patience le récompensent de mon abnégation totale et de ma confiance absolue.

Mon éducation de soumise : reprendre confiance

Quand j’ai retrouvé Mon Maître il y a 2 ans, je ne ressemblais plus du tout à la jeune fille qu’il avait connu auparavant. Je n’avais aucune confiance en moi, j’essayais de prendre soin de mon apparence mais j’étais loin d’avoir la tête haute. Je pesais une centaine de kilos et je m’imaginais plus pouvoir me transformer un jour totalement. Redevenir celle que j’étais, celle qui me correspond le mieux et qui aborde ce sourire radieux aujourd’hui. Retrouver confiance en moi et arrêter de douter. Il m’avait tendu la main telle que j’étais et aujourd’hui quand je regarde les photos d’il y a deux ans et que je repense à la fille que j’étais cérébralement, je ne peux qu’admirer Mon Maître. Je n’aurais probablement pas été fière de prendre en main la jeune fille que je voyais mais Lui a repris en main mon éducation de soumise. J’avais honte de l’image que je donnais et je n’étais pas fiable, je mentais beaucoup.  Je n’allais pas bien et je compensais mon mal être en mangeant n’importe quoi et en buvant beaucoup. J’aurais été une proie parfaite pour un destructeur, un de plus mais Mon Maître lui m’a m’aidé en dirigeant mes changements physiques et psychologiques, en reprenant mon éducation de soumise. Je sais que j’ai toujours eu besoin que l’on me cadre afin de trouver la motivation suffisante pour tenir mes objectifs. Il a su m’orienter, me diriger, m’ordonner, me rééduquer intelligemment et avec patience dans ma transformation et ce pour mon plus grand bien.

Mon éducation de soumise : sortir de l’obésité

Faire plus de 100 kilos à  22 ans est une souffrance en soit. Je n’assumais pas mes rondeurs et Mon Maître m’a fait le plus beau cadeau à la jeune fille en moi en m’imposant de croire en mes objectifs. Mon éducation de soumise commence par là : croire en moi. C’était comme une dernière chance à 22 ans de rattraper les erreurs du passé et de reprendre au point de départ. Mon Maître savait que mon poids était ce qui me travaillait le plus. Il me fallait me rendre à l’évidence et accepter ce qu’il me disait. Il ne prenait pas de gants dans mon éducation de soumise, parfois un électrochoc est nécessaire. On ne peut pas être mince en mangeant sans arrêt des pizzas, des croissants, des gâteaux et en buvant des sodas. Je ne pouvais en vouloir qu’à moi-même, oui j’étais dans cet état pitoyable suite à la mise à mal d’un bonhomme destructeur mais c’est bien moi qui mangeais et buvais tout cela. Je devais décider que cela change et Mon Maître à mis le doigt dessus. « Céline, tu ne changeras que si tu le décides au fond de toi, je peux tracer ta route, mettre en place ton éducation de soumise mais il n’y a que toi qui peut mettre un pieds devant l’autre pour avancer ».

Mon Maître a commencé à me faire regarder les choses en face, la jeune fille fine avait disparu et j’étais devenue obèse. Au delà de la perte d’estime de soi, cela devenait très dangereux pour ma santé. Une soumise qui ne se sent pas bien dans son corps et dans son âme ne peut pas avoir confiance en elle, ni s’assumer pleinement et donner le meilleur d’elle même à Son Maître. L’objectif fixé par Mon Maître était de perdre une cinquantaine de kilos, la moitié du poids que je pesais, rien que ça… Mon Maître m’a d’abord dirigé vers un régime équilibré, peu restrictif et très connu (celui à base de points…). J’étais dubitative et j’avais du mal à croire qu’un régime si plébiscité ne se servait pas seulement d’une certaine notoriété sur le web pour vanter ses vertus et je pensais que ça ne me correspondrait pas, en fait je n’y croyais pas. J’ai obéis et suivi mon éducation de soumise décidée par Mon Maître et lui ai fait confiance ravalant mes à priori.

Il m’avait abonné à la version web du régime, je n’avais absolument pas le temps de me rendre à des réunions et de me peser devant d’autres personnes. Du coup, je remplissais mes menus quotidiens sur une plateforme du site et comptais les points des aliments et boissons que je consommais. Je pouvais choisir tous les aliments que je désirais et cela me convenait bien. Petit à petit j’ai naturellement diminué ma consommation d’alcool qui coûtait un nombre de points trop important. Mon Maître en a profité pour me faire comprendre combien ça serait meilleur pour moi d’en consommer beaucoup moins et de savoir apprécier plutôt que d’en abuser. Je suivais assidûment le programme de Mon Maître qui le contrôlait à distance, sans intervenir. Le savoir me donnait le coup de fouet supplémentaire à chaque fois que je me relâchais un peu.

Il faut être réaliste, on ne peut pas perdre 50 kg du jour au lendemain, et la directive de Mon Maître était de perdre du poids régulièrement, lentement mais surement et définitivement. Ça n’a pas toujours été facile, mais Mon Maître savait me motiver, souligner mes efforts et mes pertes de poids. Son soutien était très important, je n’aurais jamais poursuivi sans lui. Il n’avait jamais eu un mot méchant sur mon physique, il savait que je n’étais pas prête à me regarder en face et que cela m’aurait profondément blessée plutôt que de me motiver même si c’était la triste vérité. Il avait le comportement inverse de celui qui m’avait détruite et qui lui ne se gênait pas de me dire méchamment que je devenais énorme et qui ne faisait rien pour m’aider. Il n’avait aucune idée de ce qu’était une éducation, une construction… Mon Maître lui avait été patient au point de mettre ses désirs de côté afin de se pencher en premier lieu sur mon bien-être, ma santé, ma psyché, sur ma reconstruction posant ses pierres une à une.

Mon éducation de soumise : me réconcilier avec le sport

J’avais perdu une quinzaine de kilos et j’étais déjà très contente de moi. Je commençais à croire que mon objectif, même si long à atteindre, serait réalisable. Le régime ne suffirait plus et Mon Maître m’a demandé de me remettre au sport. Il savait que j’en avais longtemps pratiqué et que j’avais complètement arrêté suite à un accident de ski. Mon Maître m’avait dit qu’il me faudrait tonifier ma peau, 50 kg à perdre peut laisser beaucoup de traces et si je ne m’y mettais pas tout de suite, je risquais d’être déçue des résultats. Il m’a d’abord dirigée à faire des abdominaux tous les jours dans un premier temps puis Il a su me donner le courage d’aller visiter une salle de sport à quelques minutes de chez moi. Le fitness et la musculation étaient préférables à la course à pied car j’étais trop lourde ou un sport collectif car je n’étais pas encore assez confiante pour me mélanger aux autres.

Au début, je n’osais pas suivre les cours de fitness de peur que l’on se moque de moi. Je m’acharnais sur les machines de musculation, au milieu des hommes et ne m’approchait pas des filles qui s’amusaient aux cours. Je pratiquais toujours avec un casque audio. Isolée. Heureusement, les résultats sont vite apparus. Entre mon alimentation équilibrée depuis plusieurs mois et ces deux à trois séances de musculation par semaine, j’avais de nouveau rapidement perdu une quinzaine de kilos. « Merci Maître ».

Je ne me rendais pas compte à quel point il suivait mes progrès. Il était volontairement discret, il voulait que je m’approprie cette réussite sur moi même. Les défis qu’il me donnait avançaient au même rythme que ma confiance en moi grandissait. J’ai commencé à sa demande à rencontrer des femmes, je réalisais qu’elles ne jugeaient pas mon apparence, que je n’étais plus la fille obèse d’une année plus tôt. Il m’a fait revoir ma garde-robe, ma invité à oser m’habiller plus jeune. Ses conseils m’ont toujours été d’une grande aide. Je reprenais plaisir à me pomponner, me maquiller, me faire belle. Tout ceci me faisait retrouver confiance en moi, et même si je ne doute pas qu’il préfère mon physique actuel, c’était bien avant tout cette confiance qu’il désirait avant tout que je retrouve. Il n’y a que dans la confiance que l’on peut pousser une soumise à se dépasser, quelque soit le domaine.

Mon éducation de soumise : renouer un lien social

J’ai commencé les cours collectifs et à me mêler à ces filles qui n’avaient rien d’impressionnant contrairement à ce que j’imaginais plus tôt. Des filles sportives qui aimaient s’amuser en pratiquant et qui pour la plupart revenaient du même parcours que moi. Il y a peu de gens qui ont toujours eu les pieds dans ce monde. Même au niveau des coachs, ce sont souvent des personnes qui ont un jour arrêté leur carrière stressante et qui ont choisi le chemin du sport. Je n’emmène plus mon casque audio à la salle, même si j’alterne les cours et la musculation. Les filles sont devenues de vraies copines, j’ai renoué un lien social, nous allons parfois boire un verre ensemble. Cela paraît si peu mais pour moi c’est énorme, je n’avais plus de lien social, Mon Maître m’a imposé d’en recréer. Encore quelque chose auquel je ne croyais pas… Il savait qu’en allant mieux il pouvait m’imposer plus facilement d’aller vers les autres et d’ouvrir le dialogue. Mes copines de fitness sont devenues des amies et font maintenant parti réellement de ma vie privée. Je les reçois parfois chez moi, les retrouve au restaurant, je retrouve une vie équilibrée et enrichissante. Quoi de mieux pour valoriser son estime de soi.

Mon éducation de soumise : une bonne santé et un mental de fer

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Mon Maître avait un nouveau défi pour moi et dans ce sens il a ordonné que j’arrête de fumer. Ce n’était pas évident, je fumais plus d’un paquet par jour et avais commencé à 12 ans. Franchement, j’étais complètement accro. Je n’imagine pas ce qu’a du traversé Mon Maître lors de son arrêt du tabac lui qui avait déjà fumé 15 années de plus. Je redoutais de plus la prise de poids dont tous les anciens fumeurs parlent suite à leur arrêt. J’avais fait tant d’effort pour en perdre. Il m’a certainement évité 20 ans de plus à perdre mon argent et à bousiller ma santé. J’ai retrouvé de jolies dents blanches et cela a boosté mes performances physiques. Pour être plus légère, ça m’a permis de tenir deux fois plus longtemps dans mes coups de reins avec le gode ceinture. Et mes partenaires féminines m’en ont toujours complimenté après avoir repris leurs esprits. J’ai augmenté mes séances sportives le rythme est devenu très sérieux. Mon Maître m’avait conseillé de faire des abdos tous les jours et j’ai tenu ma promesse (j’ai perdu plus de 20 cm de tour de taille et de hanche) et il avait raison, c’est bien ce qui a permis que ma peau se retende naturellement.

Aujourd’hui je fais 2 heures de sport par jour minimum. Je m’entraîne pour les sélections d’entrée en école de coaching de musculation. J’ai déjà atteint les exigences de poids à réaliser. Pour les spécialistes, je pousse facilement 50 kg aux squats entiers en 6 séries de 10 répétitions et effectue mes 5 séries de 10 développés couchés à 35 kg. Je travaille mes biceps et triceps aux tirages à la poulie comme les hommes et sculpte mon dos avec de simples tirages et des épaulés jetés déjà bien chargés. Mes muscles commencent à se dessiner naturellement, je reste féminine car je ne prends pas de compléments hormonaux et j’ai tous les atouts d’une femme à la base. Je désire seulement avoir le corps de rêve que j’ai toujours souhaité et que Mon Maître mérite de toucher.

Je me forme à l’enseignement des cours de fitness et du coup pratique toutes les sortes : aérobic, step, combat, stretching/yoga/tai chi/pilates, body sculpt, renforcement musculaire. Celle qui était ma coach est devenue mon amie et me soutient dans mon projet, maintenant on s’entraine ensemble. En plus de cela, je cours plusieurs fois par semaine en extérieur. Dire qu’il y a deux ans je ne faisais pas le moindre sport… « Merci Maître ». Et j’ai fini par donner l’envie à Mon Maître de se remettre au sport après une vingtaine d’années sans pratique. Quel courage ! Il sera mon premier élève, et même si je trouve la situation cocasse, je suis très fière de pouvoir moi aussi faire quelque chose de bien pour sa santé, pour sa vie. Prendre soin de lui. Quoi de plus normal pour une Soumise ? Il me laisse maîtriser pour lui le sport et là aussi je vois une grande qualité, c’est intelligent de sa part de laisser Sa Soumise gérer quelque chose qui le touche Lui.

Me voici arrivée à mon objectif de poids de départ et pourtant je suis tellement insatisfaite. J’avais tellement changé que je ne me reconnaissais plus. Il me fallait me réapproprier mon nouveau corps, mon nouveau visage. Mon Maître aurait pu ne pas comprendre, c’était complexe, mais il savait ce qu’il en était. Aussi il m’a choisi de nouvelles lunettes, en harmonie avec les nouvelles lignes de mon visage et a trouvé le modèle sur lequel j’ai flashé, une première pour moi qui ait toujours détesté les lunettes alors que je suis myope ! Il m’a dans la foulée envoyée chez le coiffeur avec la description précise de ce qu’il voulait pour que j’accepte ma nouvelle image, et c’est parti : nouvelles coupes, nouvelles couleurs, nouvelle tête. Nouveaux vêtements beaucoup plus jeunes, je me sens bien plus à l’aise et confiante. Je déambule la tête haute, soutient le regard des gens dans la rue. Je suis avenante et me suis fait beaucoup de connaissances dans mes domaines d’activité. J’aime la nouvelle Céline, et mes proches me félicitent. Maintenant mes efforts sont récompensés et le fait de continuer n’est qu’un pur plaisir, du bonus. Je suis les modèles de catégorie pro Bikini en musculation et me rend compte que si je le voulais je pourrais suivre leur exemple aussi. Mon Maître m’a fait sortir de ma  prison d’horreur dans laquelle mon esprit s’était retrouvé enfermé. Aujourd’hui je sais que l’avenir est devant moi et que beaucoup de portes s’ouvrent devant moi. Que ce soit en tant que Sa Soumise ou tout simplement Céline, je vis en étant moi-même, souriante, épanouie et sur de moi.

Mon éducation de soumise : avoir une volonté à toute épreuve

J’ai pris grandement conscience de l’importance de la patience dont a fait preuve Mon Maître. Même si bien sûr j’étais déjà Sa Soumise, il mettait tout de même beaucoup de ses désirs de côté pour favoriser mon estime de moi, mon assurance, ma santé, mes relations sociales… Bien sûr, il dispose aujourd’hui d’une belle jeune fille qui charme beaucoup d’autres hommes et est fier de la montrer. Surtout,  il peut maintenant obtenir le meilleur potentiel de Sa Soumise. Il savait que ce changement physique impacterait beaucoup sur mon mental et il a réussi. Je lui témoigne ma reconnaissance au travers de mon abnégation totale. Ma confiance en lui sera toujours sans faille, et je sais que je ne risque rien à le suivre dans toutes ses perversions, qu’elles m’attirent ou que je les appréhende. S’il m’est arrivé par le passé d’éprouver de la jalousie, d’avoir des doutes, aujourd’hui ma confiance envers Mon Maître est aveugle. J’ai compris combien Mon Maître est constructeur comparé à tous ceux qui hélas sont trop égocentriques pour comprendre qu’en plus ce serait dans leur intérêt d’épanouir leur soumise avant de les confronter à leurs désirs les plus noirs, les plus sombres. Tout ce qui avait été mis en suspend peut être maintenant repris sereinement, avec pour lui la certitude qu’il pourra compter sur mes capacités, sur ma résistance. Ce régime, ce sport intensif ont un effet positif sur mon mental de Soumise, ma volonté est de fer et m’aide à me surpasser, à repousser toujours plus mes limites… Merci Mon Maître.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

18 commentaires

  1. Bonjour Céline…
    Je lis votre blog avec beaucoup d’intérêt..
    Merci d’être ce que vous êtes et merci de nous faire partager la sincérité et la pureté de votre relation..
    Si vous saviez comme cet article à pu me toucher, à la fois me bouleverser et me donner un peu d’espoir car je me sens moins seule…
    Je n’ai pu retenir mes larmes car c’est une histoire que j’aurais pu écrire moi même…
    Après une relation qui s’est mal terminé, j’ai perdu toute la confiance en moi, quelque chose s’est brisé…
    C’est contradictoire car c’est l’homme que j’avais pour Maître qui m’a élevé et m’a ré octroyer ma juste valeur, mais c’est aussi en partie Lui qui m’a repris tout cela voir plus…
    Je ne me reconnais plus mentalement ni physiquement, suite à une dépression, c’est la nourriture que j’ai trouvé aussi comme maudit allié.. Cet allié perverse qui me tient prisonnière au fin fond de ce trou que j’ai moi même creusé…
    Je ne me sens plus à ma place dans ce monde… Je rejette ma nature de Soumise, je pensais (et ai du mal à penser différemment) qu’il était inadmissible de me prétendre comme tel alors que je suis si « écoeurante »…
    Mais au fond de moi je sais ce qu’il me manque… Vous me donnez un peu d’espoir…
    Merci…

  2. sublime !
    que dire de plus ?

  3. AnaelleHudon

    Je vous félicite pour vos efforts. Mais j’ai une question ! Lorsque vous étiez en processus de transformation de vin, physique et psychologique…..Aviez-vous des rencontres réelles, des contacts physiques avec lui ou non ce n’était qu’à distance jusqu’à ce que vous ayez été transformé ? A-t-il eu du plaisirs à toucher à votre corps d’avant ?

  4. Bonsoir, Je viens régulièrement lire vos articles, vos récits et je trouve votre relation magnifique.
    Je ressent votre joie, votre épanouissement, votre passion à travers ce blog.
    Comme j’ aimerais évoluer, avancer, et être guidé par un Maitre comme le votre! Je dois avouer lire vos articles avec une certaine jalousie et une envie très intense de vivre une relation comme là votre. J’espère un jour trouver le Maitre qui me correspondra.
    Je vous félicite et vous remercie vous et votre Maitre pour ce partage qui me fait tant rêver!
    Vous êtes merveilleuse!

  5. Bonsoir Céline, étant également une femme soumise mais lesbienne de 30 ans je souhaitais simplement vous féliciter pour votre blog et pour le respect que vous portez a votre Maître.
    Cordialement.

  6. Bonjour,

    Voilà déjà quelques minutes que je parcours votre blog avec beaucoup d’intérêt, comme si j’y trouvais les réponses à mes doutes et la confirmation aussi que l’on peut sortir des clichés.
    Cet article m’a particulièrement touchée parce que dans ce que vous décrivez j’ai trouvé la classe si rare aux hommes qui se prétendent Maîtres et l’abandon de la soumise que vous êtes auquel j’aspire et qui m’est si difficile.

    Merci Céline

    • Céline Messine

      Bonjour Dume et merci pour votre commentaire. Je sais que j’ai beaucoup de chance d’avoir cet homme comme Mon Maître et que de nos jours ce type hommes ne courent pas les rues. C’est malheureusement encore plus vrai hélas depuis la « mode » bdsm à travers des romans discutables. Je rajouterais qu’il faut se méfier des hommes qui se prétendent « maîtres » sur internet, ils sont très souvent totalement inexpérimentés et ignares du domaine et leur recherche est uniquement basée sur leur satisfaction sexuelle. Bon courage dans vos recherches et sachez prendre votre temps.

      Céline.

  7. C’est une histoire belle et impressionnante. Vous avez en effet de quoi être fiers tous les deux, fiers de vous et l’un/e de l’autre, de cette persévérance et de cette dévotion.

  8. Bonsoir Céline!
    Je suis tombée sur cet article et je voulais te féliciter pour ta perte de poids spectaculaire et ta volonté de fer! C’est très dur de mincir, ayant perdu une quarantaine de kilos grâce à du sport et à un rééquilibrage alimentaire drastique (quoique, j’ai un verre de coca devant moi^^), je comprends tout ce que tu as dû ressentir!
    De plus ton obésité passée n’a pas laissé de marques sur ton corps (ah c’est beau la jeunesse!), franchement tu as beaucoup de mérite, et ton Maître aussi!
    Merci pour ce témoignage, tu vas devenir un coach sportif d’enfer!!

  9. Amaelys

    Bien que lectrice discrète je dois dire que cet article m’a particulièrement touchée, d’une sensibilité, d’une beauté et d’une honnêteté rare. On ne peut qu’encore mieux comprendre le lien profond et la confiance absolue que tu entretiens avec ton Maître. On a là un parfait exemple de dévotion, et ce dans les DEUX sens, car comme tu le précises si bien une relation épanouissante se construit à deux et être Maître n’est pas donné à tout le monde. Bravo à toi pour avoir tenu et être devenue celle que tu es aujourd’hui, et bravo à lui pour avoir su si bien te cibler et t’aider 🙂

  10. EleveMath

    S’épanouir, tel doit être le but de toute personne et Votre Maitre a su Vous transmettre cette envie et c’est un délice de Vous lire ainsi bien dans Votre peau et dans Votre tête.
    J’ai envie de dire « continuez ainsi ».. mais plus la peine de Vous le dire tellement cette envie fait partie de Vous maintenant.

  11. Je m’interrogeais sur le contraste entre le sourire radieux de certaines photos et la réalité crue et dure des témoignages de votre vie sexuelle.
    Ce superbe billet, touchant et à la sincérité sobre contient très certainement l’explication qui me manquait.

  12. RollingCoquinou

    Une belle leçon de courage et d’abnégation…

  13. maitremartinet

    Félicitation . Tu as une volonté de fer et un courage qui est remarquable. Je sais que cela à du être difficile , mais tu n’as pas lâché et le résultat est la. Il va encore te falloir tenir dans le temps. Le poids c’est comme l’alcool, toute ta vie tu vas devoir garder de bonnes habitudes quoi qu’il arrive. Même si un jour tu traverses des épreuves et des désillusions raccroche toi toujours a cette réussite. Ton Maître est bien plus qu’un Maître il est un guide au sens chinois du terme .

Répondre