Flash
Accueil / Libertine / Etre sodomite
Etre sodomite

Etre sodomite

La sodomie est l’un de mes plus grand plaisir depuis que j’ai rencontrée Mon Maître et qu’il me fait me dilater régulièrement en portant des plugs. Je suis une réelle sodomite

Sodomite, il n’y a rien de sale dans le plaisir

Je n’étais qu’au début de mon éducation sexuelle lorsque Mon Maître m’a initiée à la sodomie et à fait de moi une sodomite. Je venais de lire la philosophie dans le boudoir qui m’avait tant excitée sur le sujet. J’aurais adoré être cette Eugénie et découvrir ainsi la sodomie. Il avait bien compris qu’en m’en donnant envie, ma première se passerait très bien. Finalement son éducation en était très proche. Pendant ma lecture, je mouillais tellement que je ne pouvais résister à l’envie de me masturber en imaginant cette pratique encore inconnue. Je me mettais quelques doigts mais ce n’était pas toujours très agréable. J’avais envie de ressentir le plaisir que les personnages décrivaient bien au-delà des pénétrations vaginales. Mes inquiétudes étaient multiples, la peur d’avoir mal, d’être sale, la honte. Mais le livre avait déjà fait son travail et j’avais envie de passer le cap et que Mon Maître me sodomise. Une chose que j’ai retenue et qui m’a beaucoup aidée : rien n’est sale dans le plaisir. J’avais l’impression de revivre ma toute première fois et j’en garde d’ailleurs un souvenir bien plus profond. Face à un miroir, je pouvais le voir pendant que sa queue entrait tout doucement dans mon cul. C’était une sensation nouvelle pour moi, et je voyais combien il y prenait plaisir. A sa façon de me parler, de me regarder, il avait déjà réussi à me faire couiner. Il était maintenant Maître de tous mes trous, et me possédait totalement.

Sodomite : mon trou de salope

Comme dans le livre il m’expliquait que c’était mon trou de salope, celui qui fait du bien sans risquer d’enfanter. Je ne réalisais pas encore à quel point il disait vrai. L’entrée n’était pas  si évidente, mon cul n’était pas habitué, il voulait pouvoir y pénétrer sans résistance et m’a alors offert mon premier plug. Je devais le porter régulièrement afin que mon trou soit plus souple et devenir une bonne chienne sodomite. Il connaissait ma nature et savait que je lui obéirai. Je voulais tout simplement lui faire plaisir et ai découvert combien ça m’en faisait aussi. Lorsque je le mettais, j’adorais sentir que j’étais remplie. J’y ai pris gout très vite et le gardait même parfois pour aller me balader. J’aimais m’asseoir bien remplie et bouger sur mon plug pour prendre du plaisir, peu importe l’endroit. Je m’étais rendue compte que je jouissais bien plus facilement lorsque je me masturbais en portant le plug. Je me souviens de la première fois que Mon Maître a constaté que j’avais bien respecté sa demande. Nue, à quatre pattes les jambes écartées, les fesses bien tendues. J’étais très fière de moi alors qu’il m’examinait sous toutes les coutures et que je vivais cette humiliation qui ne faisait que m’exciter davantage. Il m’amenait naturellement vers ce que je devais être : une sodomite. La vie nous ayant séparé quelques temps, mon éducation au plaisir anal a repris bien plus tard mais heureusement la sodomite vivait déjà en moi.

Sodomite et dilatation anale

Le pseudo maître que j’avais rencontré m’avait fait régresser, à croire qu’il n’avait pas compris qu’y mettre de l’esprit était important. A force de martyriser mon trou, de me faire mal et de ne penser qu’à son propre plaisir, il avait bien du mal à y entrer. Et je n’avais aucune envie de lui faire ce plaisir. Si Mon Maître peut me faire évoluer, me sodomiser à sec, c’est aussi parce qu’il sait me parler, m’exciter. Lorsqu’il m’a retrouvée, tout est revenu naturellement et la sodomite s’est réveillée. J’ai retrouvé mes plaisirs d’ado avec un Rosebud qu’il m’a offert. Je n’avais que ressenti de la frustration et rattrapait mes manques. J’aime cette impression qu’il me possède en m’enculant. Plus il y va fort et profondément, plus je mouille. Si parfois j’ai la sensation qu’il me va me déchirer, c’est pour laisser place à un plaisir intense nullement comparable à des jouissances vaginales. Le Rosebud était vite devenu trop petit et j’avais envie d’être toujours plus ouverte. Un beau cadeau a permis que je le travaille depuis quelques temps avec un Rosebud XXL. J’ai cette envie folle d’être toujours plus dilatée, alors il m’arrive de me masturber, le gros Rosebud déjà placé, d’insérer d’autres accessoires et de m’ouvrir plus. Je suis impatiente d’être prête à passer au fist anal, de le sentir bien au fond de moi et qui me dilate à l’extrême. Je ne vois pas encore mes limites de sodomite et aimerais que ce ne soit pas la dernière étape.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

9 commentaires

  1. En temps que homme je partage votre et vos passions pour la sodomie que je pratique souvent mais seul malgré que je suis en couple depuis plusieurs années deja j’ai toujours aimer être dilater et astiquer bien profond seulement faire ca tout seul c est pas génial j espère pouvoir lire vos prochains commentaires

  2. De toutes les pratiques , la sodomie est de loin ma préférée ! Les sensations autant physiques que cérébrales sont multipliées, le plaisir est si grand qu’il n’est pas rare que j’innonde mon maitre en jets de fontaine !!
    Votre blog est un réel plaisir madame Celine en le lisant je me retrouve beaucoup en vous, même si je ne suis encore pas prête à atteindre votre excellence ..

    • Céline Messine

      Bonjour et merci pour ton commentaire,

      Je suis ravie que mes textes te plaisent, en effet la sodomie permet pour ma part également d’atteindre un plaisir supérieur que ce soit cérébral ou physique et quelle intensité lorsque l’on atteint l’orgasme!

      Il n’y a pas d’excellence à atteindre, il faut surtout apprendre à se connaître, à apprivoiser son corps et ses désirs pour mieux apprécier ces plaisirs 😉

      Céline

  3. La sodomie est depuis longtemps un plaisir pour moi, que ce soit en solitaire ou avec des maîtres ou maîtresse, qui n’hésitent pas à me fister, car je me suis pas mal dilatée avec des plug, légumes et rosebud, ce qui fait que mon anus est gourmand et prêt à tout recevoir, et mon sphincter s’en porte bien…

  4. chris59lille

    la sodomie est tres jolie et très agréable lorsqu’elle est faite d’un commun accord, que ce soit lubrifiée dans mon cas ou à sec dans le votre.
    le fist l’est tout autant.
    Je n’ai pas encore pratiqué le fist anal. la taille de ma main est peut être trop large. Mon fist vaginal lui est très agréable, assez imposant et elle se dit parfaitement remplie.
    N’hésitez a nous donner vos conseils lorsque vous serez prête.
    Merci Céline Messine

  5. Délicieux propos, votre plaisir est intense et double, pardon triplement possible.

  6. Thomas et Isa

    Après une dizaine d’année de cette pratique, seul le fist n’est pas encore « passé ».
    Peut-être qu’un coup de main serait le bienvenu.

    Isa / Zeldanal.

  7. Jackie Maillet

    Je partage votre passion de la sodomie 🙂 et je suis d’accord, rien de sale. Pourquoi ne pas titiller cette zone érogène là?

    J’aimerais aussi beaucoup tester le fist, mais pour ce qui est de la préparation, c’est peut être naïf mais je crains que mon corps ne s’abîme et que mon sphincter vienne à dysfonctionner…

    Cela ne vous inquiète pas?
    Quel dimension fait votre rosebud xxl?
    Votre anus reprend-il sa forme et reste t’il fermé lorsque vous cessez de le solliciter?

    Merci pour cette description tout à fait excitante en tout cas.

    Jackie.

    • Céline Messine

      Merci pour votre commentaire et heureuse de savoir que nous partageons ces plaisirs.

      Pour vous répondre mon rosebud XXL :
      Long. 130mm – ø50mm – 600g (Il peut être alourdi car l’intérieur est creux et prévu pour pouvoir être rempli)
      Pénétration 120mm – ø50mm

      Je n’ai aucune inquiétude et n’ai jamais eu le moindre problème en plus de 10 ans de pratique. Je sais aussi faire attention en cas d’irritation par exemple ou je ne pratique pas dans ce cas quelques jours. Mon Maître est protecteur.
      Il faut écouter son corps probablement.

      Pour le fist, je vous donnerais bien un coup de main… 🙂

      Au plaisir,
      Céline.

Répondre