Flash
Accueil / Mes soirées BDSM / Fist anal, corrections SM et uro : ma soirée du 14/02/2015
Fist anal, corrections SM et uro : ma soirée du 14/02/2015

Fist anal, corrections SM et uro : ma soirée du 14/02/2015

Fist anal, corrections SM et uro, une soirée d’enfer se prépare. De nouveaux objets de douleur et de plaisir à tester dont un nouveau Paddle qui me paraît très sérieux, des pinces à seins vibrantes, pour le fun et surtout un chapelet anal, un crochet anal, un fist anal et un final humide. Chienne soumise, humiliée, sale et dilatée à l’extrême, Mon Maître sait me faire plaisir.

Fist anal, corrections SM et uro : Commencer par une bonne fessée

J’attends Mon Maître avec impatience en ce samedi soir, je suis pleine d’envies et j’ai hâte de tester les nouveaux objets qui m’attendent. Je me demande bien lequel va-t-il choisir pour commencer, j’appréhende un peu, cela fait quelques temps que je n’ai pas été battue, les fêtes ont monopolisées notre temps, le début d’année n’a pas permis de beaucoup le rattraper mais nous voici enfin pour une séance débridée en perspective.

Ce nouveau Paddle SM de Spartacus semble bien plus sérieux que le précédent paddle que nous avions testé et je sens que ce soir, je ne vais pas faire la fière. Je ne vais pas tarder à le savoir, Mon Maître décide de commencer par celui-ci. « Je vais bien m’occuper de ton cul Céline ce soir, de l’extérieur d’abord pour lui donner de belles couleurs, puis de l’intérieur pour que tu sois bien dilatée, comme j’aime, j’espère que tu es prête pour un fist anal ! ». Ses mots me font frémir, je sais que je vais avoir mal et que je vais jouir, que je vais subir correction, dilatation et fist anal, je l’espère. J’appréhende un peu, je désire beaucoup. Je me penche sur l’accoudoir du canapé pour me caler et tendre les fesses vers Mon Maître bien plantée sur mes talons aiguilles, je me cambre en attendant les premiers coups. J’aime ce moment, cet instant, cette appréhension qui monte en même temps que l’excitation m’envahit, ce petit paradoxe dans ma tête qui me dit que j’en ai très envie et pourtant je doute clairement de mes capacités à tout subir ce soir, fist anal compris.

Le premier coup de paddle me sort de ma rêverie et je ne me trompais pas, sa largeur ainsi que sa dureté se font immédiatement ressentir. Mon Maître alterne les coups d’une fesse à l’autre et je résiste du mieux que je peux. La brûlure sur l’une se calme pendant qu’il s’occupe de l’autre, je sais que ce n’est que le début et il va me falloir beaucoup de concentration pour résister. Je sens aussi que ma chatte commence à mouiller et je ne maîtrise pas du tout mon excitation. J’adore ce moment où d’un côté je dois maîtriser la douleur dans ma tête pendant que je lâche prise entre mes jambes.

J’ai cette impression qu’il est en train de me fesser avec une telle force que cela semblerait inhumain pour beaucoup. Je confirme que ce paddle n’a rien à voir avec le premier que nous avions testé. Mon Maître durcit encore ses coups et je sens que je commence à marquer sérieusement, mes fesses doivent être bien colorées, je les sens bouillantes. Depuis que j’ai perdu beaucoup de poids et que je n’ai plus de graisse sur les fesses, les coups sont beaucoup plus dures à supporter.

A chaque fois que je plie sur mes jambes Mon Maître s’arrête un instant, je sais ce qu’il attend et je me relève et tends mes fesses pour lui signaler que j’en veux encore, j’en ai envie, j’en ai besoin qu’il me maltraite et me fasse plier totalement sous ses coups. Je veux avoir mal, pour Lui, pour moi. Il comprend le message et recommence à me battre violemment avec le paddle.

Les coups pleuvent, plus violents, moins espacés et je commence à avoir du mal à résister, je laisse échapper quelques cris alors qu’il insiste sur ma fesse droite. Je n’arrive plus tenir en place et Mon Maître m’ordonne de mieux me tenir, il accentue toujours plus ses coups et je rentre dans une forme « d’anesthésie douloureuse », la douleur me soulage, je suis masochiste, entre mes jambes ma mouille coule à flot et ainsi penchée en avant, en regardant entre mes jambes, je vois un filet de bave couler de ma chatte jusqu’au haut de mes bas.

Je sais que je ne vais pas tarder à craquer, Mon Maître le sait aussi alors il enchaîne les coups par dizaine maintenant, les brûlures ne se calment plus, je ne suis plus que douleurs. Je tiens encore quelques coups puis je n’arrive plus retenir mes larmes qui se mettent à couler à flot, comme une bouteille de soda sous pression que l’on ouvrirait d’un coup sec. Je me libère, mes yeux coulent, ma chatte coule. Mon Maître dépose le paddle et sans faire de bruit caresse alors mes fesses brûlantes ce qui est quasiment insupportable, je dois avoir de très belles marques. Je sens sa queue dure à travers son pantalon qu’il frotte sur mon cul douloureux et cela m’excite encore plus.

Fist anal, corrections SM et uro : un chapelet douloureux dans mon cul

Je me sens déjà vidée et Mon Maître me lubrifie le cul pour la suite de la soirée. Je sais que je vais m’ouvrir ce soir, jusqu’au fist anal. J’ai reçu une sorte de chapelet anal en acier qu’il est temps de tester. J’essaie de me détendre lorsque je sens la première petite boule du chapelet contre mon anus. Il est très long et je crois que c’est ce qui me fait le plus appréhender car les boules ne sont pas grosses. La première et la dernière sont fixes mais les 4 autres sont mobiles sur le fil en acier.

Mon Maître m’insère les trois premières boules avant de pousser le chapelet pour qu’il me pénètre plus en longueur. Je ressens alors un pincement, j’ai l’impression d’être coupée par le fil en acier et ne trouvant pas cela normal j’en informe Mon Maître. Il me retire alors doucement le chapelet, inquiet car il sait que ce n’est pas mon genre de me plaindre pour rien. Je préfère vous le dire, je pense que cet objet n’est pas adapté et peut blesser. Par chance cela devait être plus un pincement qu’une coupure car je n’avais pas de blessure. Je n’ai plus mal au cul, j’ai eu une belle frayeur et la seule chose qui m’importe à ce moment c’est de savoir si je pourrai subir le fist anal que j’envisage pour ce soir. Obsédée ? … un peu.

Fist anal, corrections SM et uro : des pinces vibrantes pour mes mamelles et un crochet délicieux dans mon cul

La tension sexuelle est cependant un peu retombée, déçu par cet objet prometteur et inquiet de la douleur que j’ai manifestée, Mon Maître choisit alors de travailler une autre partie de mon corps en attendant que je me remette avec une paire de pinces à seins vibrantes pour laisser mon cul se reposer un peu. Ce sont mes mamelles de chienne qui vont subir ses tourments. J’étais un peu surprise de la façon dont elles se resserrent sur le téton, je dois dire que ce n’est pas mal pensé, un simple petit cercle de métal que l’on remonte le long de la tige et qui ressert les pinces, c’est simple, c’est efficace et c’est solide. Elles ne sont pas douloureuses à la pose mais serrent très fort. Je sais que je les sentirai au moment de leur retrait. Mon Maître réduit la chaîne sur laquelle se trouve le vibreur afin qu’il soit à la hauteur de mon clitoris et me repositionne sur l’accoudoir du canapé.

Le vibreur est bien calé sous mon clitoris et la chaîne tire sur mes tétons, je réussis tout de même à résister à la douleur des pinces et tente de ne pas jouir trop rapidement. Mon Maître me lubrifie à nouveau le cul avec un gel special fist anal et colle la boule du crochet anal à son entrée. Je me rends compte alors de l’importance de sa taille (environ 4cm), heureusement que mon cul est habitué à ce genre de calibres et que j’ai pour ordre de régulièrement porter mon rosebud XXL pour que mon trou de chienne soit dilaté, souple et prêt à l’emploi. Mon Maître insère lentement la boule du crochet dans mon cul et je retrouve la sensation agréable de l’acier qui me pénètre par derrière, le froid me soulage et je sais que cette boule large prépare bien mon cul au fist anal. L’image du poing de Mon Maître dans mon cul, du fist anal traîne dans ma tête, le vibreur des pinces à seins me fait alors jouir sous les yeux de Mon Maître ravi de me faire perdre le contrôle une fois de plus.

Ce crochet anal est un objet de qualité qui doit être très utile pour une session bondage, il méritera une soirée spéciale, une autre fois. Mon Maître le retire de mon cul alors béant et lorsque je me redresse Il m’ordonne immédiatement de rester en place, le cul bien présenté et bien ouvert. Il me retire alors les pinces à seins, mes tétons sont douloureux et je ne peux empêcher un cri de surprise s’échapper de ma bouche à ce moment. Voila comment ces pinces sont douloureuses : à leur retrait.

Je me demande ce qui m’attend, si je vais avoir le droit à mon fist anal, je ressens Mon Maître excité et pervers, je l’entends enfiler un gant de latex, je sais que mon cul est déjà bien ouvert et je comprends qu’il va m’ouvrir encore plus, j’aime tellement être remplie et dilatée. C’est le moment du fist anal.

Fist anal, corrections SM et uro : le poing de Mon Maître dans mon cul

Mon Maître insère alors deux doigts dans mon cul pour commencer et débute ses va-et-vient, il ne tarde pas à en insérer un troisième puis un quatrième, je suis déjà bien ouverte, j’ai le cul béant, je suis surexcitée et je bouge ma croupe pour lui montrer mon envie d’être bien dilatée et de l’accueillir totalement, d’atteindre le fist anal. Alors que Mon Maître insère son pouce, cela devient plus difficile mais je me détends et je me sens brûler de l’intérieur tellement je suis excitée. Je continue de bouger pour aider cette pénétration hors norme, cette dernière étape est la plus difficile, je sens que mon anus résiste, je sais qu’il va lâcher pour accueillir le poing de Mon Maître.

Je commence alors à me branler en touchant mon clitoris et me détends toujours plus pendant que Mon Maître finit par entrer totalement son poing dans mon petit trou et me fist complètement le cul, ce qui me fait littéralement exploser de plaisir et hurler de jouissance. J’ai l’impression que je ne vais plus m’arrêter de crier. Quel bonheur ! Quelle jouissance ! Mon cul se sert et se dessert autour du poignet de Mon Maître, dans ma tête j’imagine ce fist anal, la vue de sa main complète dans mon cul me fait partir une nouvelle fois, mes jambes tremblent, je ne sais plus combien de fois j’ai hurlé ainsi dilatée.

Je me remets petit à petit de mes émotions, complètement relâchée sur l’accoudoir du canapé alors que Mon Maître retire doucement sa main de mes entrailles. Il me dit que j’ai le cul bien ouvert, qu’il ne se referme pas, que je suis une bonne chienne, qu’il est fier de moi, que je sois capable de fist anal. Je suis fière de Vous Maître me dis-je intérieurement.

Fist anal, corrections SM et uro : douche dorée et pissotière de Mon Maître

Je suis vidée après avoir été bien remplie et je pense que la soirée va diminuer d’intensité que j’ai atteint le « climax »… Suis-je sotte ? Ce soir Mon Maître ne va pas s’arrêter au fist anal, il est sur-excité, je le sens ! Il me demande donc de m’installer à quatre pattes à même le sol et de tendre mon cul vers le plafond. Je me cambre alors au maximum que je peux en creusant mes reins. Je suis surprise lorsque je sens qu’il m’insère un autre objet dans le cul que je n’arrive absolument pas à identifier, après le fist anal mon cul est désensibilisé. Il m’explique alors qu’il s’agit d’un entonnoir et je comprends immédiatement son intention, mon vagin se remet à couler de plus belles. Je l’entends défaire son pantalon et j’entends les premières gouttes de pisse rentrer en contact avec l’entonnoir pour finir par sentir ce liquide chaud remplir mes boyaux et mon cul. Cela me brûle délicieusement de l’intérieur.

Pour m’humilier un peu plus, Mon Maître me décrit comme mon cul avale toute sa pisse au fur et à mesure qu’il me l’offre. Une fois terminé, Mon Maître me retire l’entonnoir et me demande de ne pas bouger. Je ne peux contrôler un spasme orgasmique qui fait alors ressortir un peu de son urine de mon cul et qui coule alors sur le sol. J’ai honte… tellement honte. Je suis remplie de pisse  après avoir subi un fist anal et pour que je la garde en moi, alors que je suis totalement dilatée, il insère alors dans mon cul béant et rempli un plug anal de grande taille en guise de bouchon.

Il y a un peu de pisse par terre qui s’est échappée de mon trou et Mon Maître m’ordonne alors de ramper en arrière, me contraignant ainsi à me traîner dedans puis il me demande de lécher et aspirer ce qui reste à même le sol. Je suis sale, ouverte, remplie, humiliée et chienne, tellement chienne, totalement chienne. Il n’est évidement pas question que je désobéisse alors je m’exécute et lape cette flaque de pisse comme un chien sa gamelle d’eau. C’est à ce moment que Mon Maître décide de retirer le plug qui fait office de bouchon pour mon cul qui est tellement ouvert que toute la pisse en ressort en rendant totalement honteuse la traînée que je suis et qui rampe devant Son Maître dans cette mare de pisse. Je suis heureuse. Tellement.

Mon Maître me demande de me laver et de le rejoindre sur le lit à quatre pattes. Je me retrouve dans cette position de chienne afin qu’il puisse enfin se satisfaire de mon cul dilaté par le fist anal et me le défonce violemment jusqu’à envoyer cette fois-ci son sperme chaud au plus profond de moi. Une nouvelle et dernière jouissance pour clore cette soirée hard avant que je ne m’écroule totalement vidée d’énergie mais remplie de plaisir.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

6 commentaires

  1. dominationmax

    Franchement un très beau blog avec une superbe qualité d’écriture !! Je ne peux qu’admirer votre dévouement pour ainsi dire sans limite ainsi que votre capacité a repousser au plus loin ces dernières. Félicitation et bonne continuations. 🙂

  2. Bonjour Madame,

    Quel récit merveilleux.
    Le ressenti est extraordinaire, vous m’aviez terriblement manqué.

    Merci à vous,

    Vincent

  3. Cela monte haut très haut ton plaisir Céline, il faut y être habituée et avoir un super maitre, dont je suis toujours à la recherche..sourire….mais il y a un mais…..je me trouve bien trop âgée et pas en excellente santé alors…..je vais bien faire attention que l’on ne me leurre pas avec de belles paroles…..
    Bien à toi Céline…..très très bien détaillé ton récit vécu

  4. Je trouve que c’est l’un des meilleurs posts sur tes soirées BDSM. Superbe !

  5. Vous êtes réellement une superbe soumise maso je vous envie car je me sens tout petit et mon sexe encagé actuellement et prêt a exploser dans sa cage !

  6. Encore un récit passionnant !!!!!!!!!! merci

Répondre