Flash
Accueil / Libertine / Le gout du foutre, le gout du sperme
Le gout du foutre, le gout du sperme

Le gout du foutre, le gout du sperme

J’aime le gout du sperme, le gout du foutre mais comme toutes les femmes, il a fallu m’éduquer à cela, ce n’est pas inné. J’ai appris à aimer le gout du sperme et je suis devenue une soumise accro au foutre sous l’éducation SM de Mon Maître.

Découvrir le gout du sperme mais avoir peur de mal faire

Ma première fellation, je ne l’oublierai jamais. J’y pensais depuis quelques temps déjà mais j’en avais une peur bleue. Je savais que les hommes aimaient qu’on les prenne dans notre bouche, cela m’excitait d’être à genoux finalement dans une position déjà de soumise et je me posais mille questions bien avant que Mon Maître me le demande. J’avais toujours réussi à éviter de m’y confronter, je ne savais pas comment m’y prendre et c’est bien ce qui m’effrayait. A force d’avoir peur de mal faire, on se met inconsciemment une barrière. On peut trouver toutes sortes d’excuses pour ne pas regarder les choses en face. Je m’en étais trouvé pas mal : bouche trop petite, grandes dents, problèmes pour respirer par le nez, etc. Je voulais simplement être douée et réussir parfaitement du premier coup.  Je mettais la barre trop haute, et je n’aimais pas décevoir, comme si le résultat était décisif, un rite de passage : réussite ou échec. C’était il y a plus de 10 ans et je manquais de confiance en moi. Je me posais aussi beaucoup de question sur le gout du sperme et cela me fascinait.

Découvrir le gout du sperme en étant recouverte de foutre

Et me voilà à genoux devant Mon Maître dans une forêt, je sais déjà ce qu’il va me demander et je ne suis pas loin de paniquer. Et pourtant dix minutes plus tôt je me baladais les seins à l’air sans me poser de questions. Je savais que je ne pourrais plus me défiler mais j’ai quand même essayé. Mon Maître descendait son pantalon et je n’osais plus le regarder pendant qu’il attendait. Lorsqu’il m’a ordonné de le sucer, impatient, ma peur de le décevoir a pris le dessus et j’ai enfin osé le prendre dans ma bouche. Evidemment je n’étais pas douée, et il ne m’en tenait pas rigueur alors ma peur s’est dissipée. Il a choisi d’éjaculer sur mon visage. L’image est gravée dans ma mémoire comme si j’avais pu me prendre en photo à Sa place. Recouverte de foutre, un grand sourire de fierté. Je m’étais souvent demandé quel était le gout du sperme et comme il me le demandait j’ai sorti ma langue pour y goûter. Je pensais que ce serait désagréable alors qu’en réalité j’ai adoré le gout du sperme dès mon premier essai.

Aimer le gout du sperme, aimer faire du bien

Mon Maître a continué à m’apprendre à le sucer, le branler, le lécher, le pomper, l’aspirer. On ne peut pas devenir une pro du jour au lendemain et il fallait que je sois patiente. J’adorais aussi m’occuper de ses couilles et penser à son jus qui bientôt coulerait en moi, me nourrirait comme si ainsi je lui appartenais un peu plus. Au début je ne pensais qu’à son plaisir en le faisant, c’était plutôt très mécanique. Je mouillais de lui donner ma bouche soumise à genou et n’imaginais pas que je puisse un jour prendre vraiment mon pied en suçant et recevant son foutre. J’avais toujours peur de mal faire, n’osais pas branler en même temps que je suçais, je me reposais sur ce qu’il me demandait pour ne pas risquer de lui déplaire. Et pourtant au fur et à mesure que j’apprenais, mon plaisir augmentait. J’ai commencé à ressentir le bien que je lui faisais, en sentant sa queue qui battait au fond de ma bouche, ou lorsque j’ai commencé à la lécher réellement, en sortant bien ma langue, en appuyant fort. C’était une belle étape, je jugeais moins l’image que ça me donnais, tout simplement en reconnaissant qu’être une bonne chienne me plaisait et m’excitait et qu’une bonne chienne était aussi une bonne suceuse. J’arrêtais enfin de m’en vouloir de ne pas l’amener toujours à éjaculer, Mon Maître savait se contrôler et j’étais consciente que je ne faisais que m’améliorer. Ça m’a permis de commencer à sucer à ma façon, en me laissant aller à mes envies, j’avais compris que c’est en y mettant plus de personnalité et de cœur que j’arriverais à lui faire réellement du bien, à la faire décharger puissamment dans ma petite bouche et pouvoir me délecter de son jus, de son foutre, aimer toujours plus le gout du sperme.

Gout du sperme et gorge profonde

Me laisser aller a décuplé mon excitation, j’avais des frissons de plaisir qui me faisaient gémir. Je voyais bien qu’exprimer le plaisir que je prenais à le sucer ne faisait que lui en donner plus, sa queue battait toujours plus fort, et j’avais l’impression de pouvoir gérer la cadence. Il m’était quand même compliqué de prendre sa queue entière, je n’arrivais pas respirer suffisamment et j’avais des hauts le cœur. Je pensais qu’il fallait être prédisposé pour réussir les gorges profondes et que je n’y arriverais pas. Il m’a fait comprendre que ces hauts le cœur n’étaient dus qu’au fait que je ne laissais pas ma salive couler et la ravalait. Il m’avait fallu pas mal d’entrainement, mais il avait raison j’ai pu la prendre plus profondément dans ma gorge. Il me disait aussi d’imaginer qu’il me baisait la bouche comme s’il était dans mon sexe, et que cette salive remplaçait la mouille pour lui faire du bien. J’avais envie qu’il puisse aller toujours plus profond, et c’est comme cela que j’ai commencé à jouir de penser à son jus qui allait bientôt couler, au risque de m’étouffer. Maintenant je peux dire que j’aime vraiment sucer et que me faire prendre par la bouche est aussi bon qu’ailleurs. Je suis capable de lui offrir ma bouche de la façon qu’il souhaite et je n’ai plus peur de mal faire, recevoir son jus est une récompense me permettant de me délecter et d’apprécier toujours plus le gout du sperme.

Gout du sperme, des goûts différents

Pendant longtemps je ne me suis autorisée qu’à apprécier le goût du sperme, du foutre de Mon Maître. Je ne m’autorisais pas à apprécier le gout du sperme des autres hommes, des autres couilles que je vidais ou que j’avalais. C’était un passage nécessaire pour m’imprégner de Mon Maître et dans mon évolution, il m’a ‘expliqué à quel point je pouvais à présent prendre du plaisir à apprécier le foutre d’autres hommes. J’étais surprise pensant que je ne devrais aimer que le sien mais il est vrai que ce n’est pas le goût du sperme qui fait la qualité de l’homme. Heureusement. Alors tout cela ne serait que plaisir ? En m’autorisant a y prendre goût, d’autres limites sont tombées. J’ai alors pensé à tous ces spermes que j’avais déjà goûté. Ils avaient tous des goûts différents et pourtant étaient tous bons à leur façon. Des plus salés aux plus amers, des plus épais aux plus liquides. J’ai pris d’autant plus plaisir à sucer, en imaginant d’avance quel gout ils auraient, peu importe de quelle queue le sperme sortirait. Vider les couilles, ne plus le prendre pour un droit mais un de mes devoirs de chienne soumise. Et plus j’y pensais, plus j’imaginais de queues qui m’entouraient et qui giclaient toutes sur moi. De quoi m’en étaler partout sur mon corps, en avoir plein la bouche et prendre le temps de les déguster, sans se presser. Aimer le gout du sperme, raffoler du gout du sperme. Une image si vulgaire et pourtant si excitante. J’ai commencé la réalisation de ces pensées lors de mon précédent anniversaire et suis sure que Mon Maître me réservera bien d’autres surprises. De quoi ravir mes papilles de chienne en pleine croissance. J’aime le gout du sperme !

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

3 commentaires

  1. Oui vous avez un très beau style littéraire.
    Magnifique article.
    Merci.

  2. monsieurG

    Encore un fois, très bien écrit.
    Et comme quoi tout est possible avec volonté,entrainement et patience.
    Bonne journée

    • En effet, j’adore lire les textes de Céline. Il est à la fois si facile de compréhension et de précision…J’aime découvrir vos textes..j,apprend beaucoup par Vous..adorable Céline

Répondre