Flash
Accueil / BDSM / La jalousie de la soumise
La jalousie de la soumise

La jalousie de la soumise

Voici un vilain sentiment qui nous hante et que nous ne parvenons pas toujours à contrôler, nous Soumises. Un sentiment que je trouve déplacé pour une soumise car au fond, n’est-ce pas le Maître qui possède ? N’est-ce pas à la soumise  d’accepter sa condition ? N’est-ce pas se soumettre que de combattre sa propre jalousie ?

Il est assez fréquent que je lise des messages de femmes soumises sur les réseaux sociaux où elles font références à la jalousie qu’elles ressentent vis-à-vis des éventuelles autres soumises de leur Maître et/ou de leurs femmes dans leur vie « vanille ». Dans les mails de contact sur mon blog on me demande parfois comment j’arrive à gérer le fait que Mon Maître puisse avoir parfois entre ses mains d’autres soumises, d’autres femmes que moi et possède aussi son épouse. Je vais essayer de répondre ici et de transmettre mes idées sur ce sujet.

Souvent les gens qui partagent des rapports D/s ou qui « jouent » au BDSM ont en fait, chacun de leur côté, une vie classique dite vanille. La soumise est parfois une femme mariée, mère de famille et le Maître a aussi lui-même sa vie bien à lui. Ce n’est pas mon cas, je suis la soumise absolue de Mon Maître. Je n’ai pas de vie « vanille » et je n’ai aucun autre homme dans ma vie que Mon Maître. Le rapport peut donc sembler déséquilibré dans mon cas où Mon Maître est marié tandis que je vis seule. Alors comment l’accepter ?

Je ne l’ai pas toujours bien vécu même si je l’ai toujours accepté. Après tout je suis Sa Soumise et j’ai choisi en acceptant ma condition de me plier à ses exigences et non l’inverse. Que les rapports Maître/soumise soient déséquilibrés me paraît totalement normal même si de nos jours, nous voyons apparaitre une quantité plus qu’étonnante de soumises que j’appellerais revendicatrices, qui souhaitent une sorte d’équité, d’égalité dans leur rapport à leur Maître.

Je ne comprends pas cela ou pour moi ce n’est pas être soumise que d’être constamment à la recherche d’une égalité dans ces rapports. Maîtres et soumises ne sont pas sur un même pied d’égalité et personne n’oblige qui que ce soit à se définir soumise. Je pense que c’est l’un des effets un peu pervers des romans à l’eau de rose du type 50 shades of grey qui n’ont franchement rien de D/s ou de BDSM mais qui par contre sont extrêmement mielleux et ou la soumise est placé comme une espèce d’entité supérieure. Les rôles ne sont-ils pas là inversés ?

Dans ma vision de ces rapports, ce n’est pas à la soumise d’être revendicatrice et d’imposer ces choix, cela me paraît absolument évident, la soumise se soumet ou alors elle n’est pas soumise. Cela étant dit, si une éducation BDSM doit mener à l’épanouissement de la soumise, il est absolument nécessaire de bien vivre cette éducation alors comment gérer la jalousie qu’elle pourrait ressentir ?

Il faut déjà savoir faire la part des choses et ne pas se voiler la face. Une soumise qui souhaiterait être l’exclusivité de Son Maître ne se soumet pas à un homme marié, cela semble être du bon sens. Celles qui pourraient penser éloigner leur Maître de sa famille ont franchement un très mauvais état d’esprit que je ne partage pas du tout.

En ce qui me concerne, Mon Maître est Mon Maître et ce statut est assez fort, assez puissant pour qu’il n’ait pas besoin d’être mon petit ami ou mon compagnon ou tout autre qualificatif de ce genre qui minimiserait Sa place de Maître. J’ai compris avec le temps que Notre lien ne serait pas si fort si Nous avions également été ensemble dans une vie vanille, nous serions rentrés probablement dans un « jeu » puis dans une routine. Je ne vis pas ma soumission comme un jeu mais comme une vérité.

Je vis mon statut en 24/7 et me définit avant tout comme Sa Soumise. Je n’aurais pas pu lui offrir cette même soumission absolue qui me tient à cœur et qui m’épanouie tant dans une vie bancale qui m’aurait fait passer du statut de soumise au statut de « copine ».

Certaines choses de la vie, du quotidien n’auraient pas été compatibles avec mon statut. Il n’aurait pas été Mon Maître en permanence et je dois bien avouer que cela aurait probablement détruit beaucoup de choses ou plutôt empêcher beaucoup de chose d’être construites.

Mon Maître n’a pas caché mon existence à Sa Femme et je pense que cela a aussi beaucoup compté. Nous vivons à quelques centaines de mètres l’un de l’autre et nous nous voyons très régulièrement. Il sait me consacrer le temps nécessaire pour que je ne souffre pas de son absence. Il maîtrise.

Ne pas être jalouse et accepter sa condition est à mon sens un acte de soumission. Je suis disponible pour Mon Maître quand il le souhaite, je l’attends et le reçois quand il le peut ou quand il le veut et non l’inverse. Ce n’est pas à lui à se plier à mes attentes mais bien à moi de le faire. Ceci me semble en adéquation totale avec ma condition profonde de Soumise.

Il est vrai que j’ai pu jalouser Sa Femme je dois rester honnête, mais le fait qu’elle soit au courant de Notre lien et qu’elle l’ait accepté m’a apaisée. Il n’y a pas de mensonges dans ces histoires, nos histoires et de cette façon Il Nous respecte chacune et j’ai pour elle un profond respect, elle est même un fantasme pour moi. Nous partageons le même Homme et quelque part cela nous rapproche. Nous n’avons pas la même place à Ses côtés et avons chacune le positionnement qui nous convient le mieux, elle la Femme, l’Epouse, moi la Chienne, la Soumise.

En ce qui concerne les rencontres avec d’autres femmes, Mon Maître a su attendre le moment où je serais prête et ce sans même que j’ai eu besoin de le lui dire. J’appréhendais tout de même ces moments car j’avais peur qu’il voit en une autre femme un meilleur potentiel de soumise que le mien. Ça serait lui faire injure que de pouvoir penser cela de Mon Maître et je réalise aujourd’hui que si j’ai pu avoir ces peurs ou ces pensées, cela était essentiellement dû à un gros manque de confiance en moi. Confiance … le mot est lâché.

J’ai toujours été très attirée par les femmes, par leur sensibilité, par leur cœur et aussi par leur corps. J’ai des désirs sexuels et affectifs très forts vis-à-vis des femmes. Mon Maître me disait qu’au fond de moi, si je n’avais pas tant aimé le sexe des mâles, que si je n’étais pas rentrée en soumission auprès d’un homme, j’aurais probablement été une pure lesbienne. Je me souviens comment ces discours pouvaient me hérisser les poils, je n’étais pas d’accord au fond de moi, enfin je ne voulais pas y croire. Comment pourrais-je être Sa Soumise, me donner corps et âme et à côté de cela m’éprendre d’une femme ? D’un autre côté, j’ai toujours pu constater que Mon Maître a cette capacité de sentir les choses chez les personnes qu’il connait et qu’il me connait mieux que personne.

Je ne pouvais absolument pas assumer mon côté lesbienne et je me suis rendu compte que la jalousie y était en fait pour beaucoup car je savais que je serais amenée à partager Mon Maître si moi-même j’entretenais un rapport avec une autre femme qui ne pourrait être que Soumise à la vue de mes propres aspirations vis-à-vis des femmes. Mon Maître la posséderait aussi, par ricochet et j’avais peut être peur de cela, peu de ma jalousie. Je me suis raisonnée, et au final je me dis que cela est bien égoïste que de ne pas vouloir partager Mon Maître. Que je n’ai pas à vouloir être une exclusivité et que c’est un acte de soumission que d’accepter cela. La jalousie a vite disparue au profit de cette soumission absolue.

En fait, je ne désirais pas que d’autres femmes puissent se rendre comptent de ses qualités de Maître, d’amant et d’Homme tout simplement. La peur de le perdre prédominait mais cela était au fond bien injuste de ma part lorsque je pouvais penser à toutes ces qualités et à tout ce qu’il a fait pour moi.

Mon Maître n’aurait pas pris autant de temps à me reprendre en main ces dernières années, à me redresser au sens propre comme figuré, à me remodeler à l’image qu’il souhaitait pour ensuite me rejeter à la première paire de seins venue. Non seulement cela n’allait pas du tout avec l’Homme qu’il est mais en plus cela c’était totalement honteux de ma part d’y songer, je devais me rendre à l’évidence, j’étais très injuste envers lui. Je n’aimais pas cette envie de le posséder. Cela n’allait vraiment pas avec ma condition de soumise et c’était très mal placé. Mon Maître me possède, je lui appartiens totalement mais l’inverse n’a pas lieu d’être, Mon Maître ne m’appartient pas. Et si je cherchais cette appartenance réciproque, c’est dans une vie vanille que je l’aurais trouvé, certainement pas dans un rapport Maître/soumise.

En bonne Soumise j’ai répondu à ses ordres lorsqu’il m’a demandé de commencer par rencontrer des femmes seule à seule pour que je puisse me rendre compte moi-même de mes attirances sexuelles. De quoi me sentir encore un peu plus bête et injuste, pourquoi me demanderait-il de les rencontrer seule si cela avait été uniquement pour son seul plaisir ? Cela a été si difficile pour moi quand j’y repense et c’est surprenant quand je vois toutes les pratiques que j’avais déjà découvertes jusque-là avec bien moins de difficultés.

J’ai fait ma première rencontre à reculons, pour lui, en pensant à ma condition de Soumise. J’ai été bluffée de prendre tant de plaisir et que cela soit si naturel pour moi. Les rencontres suivantes m’ont totalement convaincues, je découvrais une nouvelle partie de moi, celle dont il m’avait déjà parlé il y a si longtemps et que je me bornais à rejeter. J’étais un vrai mâle avec toutes ces femmes, moi qui avait toujours été si réservée, je découvrais ma fougue en défonçant ces femmes au gode ceinture et quel plaisir ! Elles adoraient, s’éprenaient de moi pour certaines et ma confiance en moi n’a fait que croître. Mais ainsi j’ai surtout pu me rendre compte que ce côté lesbien était très ancré en moi et là encore, Il avait raison.

Lorsque j’ai présenté pour la première fois une de mes conquêtes à Mon Maître, la jalousie et la peur de le perdre se sont très vites estompées. Je ne perdais pas ma place, je ne risquais rien, je découvrais même une nouvelle complicité entre lui et moi. Il n’y avait pas de concurrence, cette femme était Notre jouet consentant à tous les deux et je prenais grand plaisir à l’offrir à Mon Maître. Je ne comprenais pas encore qu’il me montrait une de mes autres directions, si évidente pour lui, la domina lesbienne qui sommeillait en moi.

Quelle honte d’avoir seulement pu penser un instant que Mon Maître avait ce désir égoïste de m’utiliser pour lui apporter d’autres femmes dans son lit. Comme s’il avait eu besoin de moi pour cela. Il approche la quarantaine est a eu des dizaines de femmes dans son lit. Quelle idiote !

Cette jalousie faisait que je remettais en question ma confiance envers lui et je m’en suis fortement voulu. La jalousie est un vilain défaut, qui n’a absolument pas lieu d’être dans un rapport de Maître à Soumise aussi profond que le Notre. Mon Maître m’a toujours démontré les valeurs de son éducation BDSM de par sa patience, son altruisme et s’il y a bien une chose que je lui dois, c’est bien cette confiance aveugle que je lui fais.

C’est bien pour cela qu’aujourd’hui je suis volontaire dans la démarche d’intégrer une autre femme, une autre soumise. J’ai d’ailleurs pu constater à maintes reprises combien il méritait cela. Non seulement cela m’a permis personnellement de m’épanouir encore plus en découvrant les femmes, en découvrant la domina lesbienne en moi mais cela a aussi permis de partager encore bien d’autres plaisirs avec Mon Maître, créer de nouvelles complicités, j’irais même jusqu’à dire que cela a renforcé, décuplé Notre lien.

A vrai dire aujourd’hui, je me méfie plus de ce que peut ressentir la soumise qui serait intégrée qu’autre chose. J’ai pu avoir cette retenue avec certaines candidates passées par rapport à ce qu’elles pouvaient dégager, il y avait cette alarme dans ma tête qui me faisait penser qu’elles pourraient elles-mêmes se considérer en concurrence avec moi-même. J’avais eu beaucoup de mal à l’accepter et cela a même été jusqu’à avorter la relation. Je pense que quelqu’un qui se met directement en porte à faux avec moi ne pourra pas s’épanouir avec Nous et dans ce cas ce n’est pas ce que nous recherchons.

Comme cela est souvent répété, la confiance est la base de ce type de rapports. La jalousie ne peut y avoir sa place. En tout cas, je pense que cela fait partie de l’éducation d’une Soumise que d’accepter sa condition et de ravaler sa jalousie après avoir été gagnée par la confiance. Il est clair que c’est un sentiment humain que l’on ne contrôle pas toujours du jour au lendemain mais il doit être identifié, expliqué, accepté et rejeté ne serait-ce que par preuve de soumission. On peut voir ceci comme une épreuve mais une Soumise qui ne peut vaincre cette jalousie devrait se remettre en question, cela soulève une autre problématique à mon sens : le fait qu’elle n’ait pas confiance en son Maître.

Personnellement, je ne ressens plus aucune jalousie et considère que cela est une évolution dans ma condition de Soumise. Une épreuve qui n’est pas des moindres mais nécessaire et qui lorsqu’elle ne peut être franchie malgré l’encouragement et le soutien du Maître est rédhibitoire et mènera fatalement à la perte du lien Maître/soumise. Mais au fond, n’est-ce pas un peu la même chose dans la vie vanille pour un couple « classique » ?

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

16 commentaires

  1. Bonjour Céline, je tombe souvent sur votre blog quand je cherche des réponses à certains de mes ressentis. La jalousie est humaine ; et je cherchais justement à savoir s’il était possible d’en faire quelque chose de positif. Votre texte y répond, car accepter que son Maître ou sa Maîtresse ait d’autres soumis(es), c’est en effet un acte de soumission. Merci à vous et bonne continuation.

  2. Wouaa, chère Céline, je suis tellement admirative de tout ce que vous avez écrit, la façon dont vous entretenez votre blog, la relation profonde que vous avez avec votre Maître. Je suis tombée par hasard sur votre blog et j’ai passée la journée dessus. Je suis une jeune débutante, passionnée par ça, j’ai trouvé mon Maître <3 mais il n'a jamais dominé, votre blog constitue une base solide et une façon de pensée admirable.
    J'admire d'avantage votre combativité et votre patience, car vous combattez cette jalousie qui peut empoisonner votre relation. Il est impossible pour moi ^^ Mais j'ai de la chance mon Maître ne s'autorise aucune autre femme/soumise. Je m'en sentirais tellement attristée.
    Je n'ai jamais vue une telle relation, un profond dévouement, je voudrais que ma relation soit comme la votre, voyez-vous nous sommes tout les deux inexpérimentés, mais comme vous l'avez dit, il faut être patient 🙂
    Je vous souhaite bonne continuation à vous deux 😀

  3. Encore un commentaire de ma part ^^ … J’ai littéralement sauté sur cet article car il touche encore dans le mile.. Je ne suis pas spécialement jalouse mais comme tu le dis si bien vers la fin de ton texte , je me méfie beaucoup des ressentis des autres .. Actuellement mon maitre s’est lancé ( avec mes
    encouragements LOL ) dans une autre relation régulière avec une autre chienne en devenir .. Pour placer les faits, lui et moi avons évoluer ensemble .. Quand nous nous sommes rencontrés nos vraies natures n’étaient pas clairement définies et c’est petit à petit que notre relation D/S s’est installé. Nous sommes passés d’abords par une réelle passion et fusion..Cela fait 3 ans aujourd’hui que nous nous fréquentons . Il a sa vie « vanille » et rencontre régulièrement dans le milieu libertin . Durant tres longtemps systématiquement j’ai vu les femmes s’amouracher voir piquer des crises et tenter de m’écarter .. Nous avons vécu l’enfer . j’ai du mal avec cet esprit de concurrence de leur part . Je suis d’accord sur le principe du manque de confiance en soi et c’est très important d’en prendre conscience et d’évoluer mais un détail est important d’être soulevé : s’il y a des pseudos maîtres il y a aussi beaucoup de pseudos chiennes 😉 elles sont tout autant destructrices . Elles confondent souvent le dominant au maitre chez lui et actuellement c’est ve que je suis entrain de vivre avec sa régulière qui en passant se fait appeler « Alpha  » … No comment..

    • Céline Messine

      En effet c’est un sujet difficile et sensible. Si j’ai confiance en Mon Maître et en moi-même, il est clair que je me méfie toujours des tierces personnes. Beaucoup de faux semblants, de mensonges éhontés et il faut le dire d’intérêts dissimulés mais avec la confiance en moi que j’ai acquise, je ne me fais plus berner, je vois les choses arriver…Aussi, Mon Maître n’est pas naïf et sait très bien lire les autres. Je n’ai plus du tout ce sentiment de concurrence, aucune ne pourrait changer ce que j’ai vécu depuis tant d’années à ses pieds!

      Comme tu le dis je pense aussi qu’il n’y a pas que des pseudos maîtres profitant de ce statut, il y a beaucoup de joueuses, de provocatrices, mais tu sais, je pense que si cela est destructeur, c’est pour elles-mêmes. Si ton Maître ne voit pas son jeu, c’est bien dommage. Après je te dirais qu’il peut très bien en avoir conscience et s’en amuser ou bien traverser une relation passionnelle qui finira un jour par montrer son vrai visage.

      J’ai toujours ris des surnoms, cela montre bien son tempérament, son envie d’être placée sur un piédestal et si un jour elle doit en tomber, la chute sera longue…

      Crois en toi, tu es bien loin de tout ça après 3 longues années 😉

      • tu as tout à fait raison car je sais qu’elle est bien loin de notre univers et de l’histoire qui nous unis lui et moi.
        Comme tu le dis il a encore quelques naïveté et je lui ai souvent prédit les problèmes qu’il a rencontré avec une tel et une tel . Si au début ça me
        stressais aujourd’hui je suis beaucoup plus sereine . Et plus ses exigences envers moi grandissent plus de m’améliore et plus je suis détachée de toutes manigances .
        Au passage je lui est montré ton blog et il est complètement fan . Merci à toi Celine

  4. Bonjour Céline, bonjour Maitre G,

    Apres de long jours de réflexions, de remise en question je voulais vous remercier pour ce blog, je l ai parcouru, lus et relus lorsque mes moments de doutes étaient intenses …
    En fait, je comprends de plus en plus pourquoi je n arrivais pas à avancer, que mes recherches stagnées …. La Jalousie !
    Ton article (je me permets de te tutoyer Céline mais si cela te gène n hésite pas à me le dire)
    ma ouvert l esprit sur cette espèce de jalousie que je voyais comme un obstacle dans une relation D/s.
    Je voulais être unique à ses yeux tout comme lui aux miens ….. C’est vraiment égoïste de ma part car je lui enlève une part de plaisir que je me dois de donner à mon futur Maitre…..
    Je me soigne de jours en jours en m imprégnant de certains de tes écrits qui une fois compris ( hé oui je suis blonde rires) prend un tout autres sens dans ma vie de futur soumise.
    Pour tout tes écrits, pour toutes tes pensées que tu dévoiles sur la toile qui sont devenue pour moi TON AIDE je te l écrit MERCI et ce mot me parait très faible ……

    Soumise chanel

    • Céline Messine

      Chanel,

      Je suis ravie d’avoir de tes nouvelles et je te remercie pour ce commentaire que je sais profond et sincère. Il n’est pas simple d’évoluer dans ce milieu, de s’apprendre soi-même, de se dévoiler et le plus dure est probablement de se dévoiler à soi-même. C’est un voyage profond, sans mauvais jeu de mots et si ce blog et mes écrits peuvent t’aider à avancer alors je suis contente, c’est l’un de ses buts aussi. J’espère que tu sauras prendre les bons choix en ce qui concerne ton éducation car nous savons (Mon Maître et moi) ce qu’il y a derrière les portes encore fermées de ton âme.

      Je t’embrasse.
      Céline.

  5. Bonjour,
    je n’ai pas sillonné encore la totalité de ton blog, (mais ça va venir,) et cet article m’a tout de suite attiré… Je me suis retrouvé un peu dedans.
    Je me demandais, quel age as tu? Cela ne te pèse pas que ton maitre construise sa vie alors que la tienne n’évolue pas (sentimentalement) ? Ne le prends pas mal, ce n’est pas une attaque. Je cherche à comprendre puisqu’en fait je suis en grande remise en question: J’ai connu mon maitre il y a 4 ans, quand il était « célibataire » (je ne savais rien de ses relations, alors je le considérais comme.) Puis les années ont passé, il ne m’a jamais interdit de voir d’autres hommes, mais lui a rencontré une femme… J’ai vu l’évolution, la leur et la nôtre… Son installation dans l’appartement de mon Maitre, nos « séances » de moins en moins régulières… j’ai toujours été sa soumise cachée, j’ai toujours fait bien attention à ne pas lui créer de problèmes… Hier, ils se sont mariés.
    Je ne suis pas particulièrement jalouse d’elle, mais plus du fait que sa vie sentimentale évolue, se construit. Et la mienne reste au point mort. Alors je me demande vraiment comment tu fais pour n’avoir que Lui? N’as tu pas peur un jour de te le regretter? Penses tu Lui être éternellement soumise?
    Pour ma part, je suis en grosse réflexion…

    • Céline Messine

      Bonjour,

      Commentaire très intéressant ;).

      Pour répondre à ta question j’ai 25 ans. Que ma vie « sentimentale-vanille » si l’on peut dire, ne se développe pas (pour le moment) me pèse un peu oui mais certainement pas parce que Sa propre vie est construite. Nous n’avons déjà pas le même âge et ce serait bien injuste de Lui en tenir rigueur alors que Sa vie était déjà en place quand Il a repris en main mon éducation. Bien sur cela fait qu’Il est moins disponible que moi mais j’avais choisi de faire avec, d’autant plus que cela ne L’a jamais empêché de prendre soin de moi. Je ne suis pas « cachée » comme tu peux l’être et c’est certainement ce qui fait aussi que je me pose moins de questions.

      A vrai dire il n’y a pas de « comment je fais », je Lui appartiens et j’ai accepté en connaissance de cause que cela se passe ainsi. Il ne désire pas que je sois seule dans la vie mais j’ai bien du mal à trouver celle qui me corresponde et qui puisse partager ma vie. Je me vois partager ma vie avec une femme.

      Oui je serai éternellement Sa Soumise, je n’aurai jamais d’autre Maître ni d’autre homme comme Lui dans ma vie c’est une certitude. Ce n’est pas de la naïveté, j’ai déjà beaucoup vécu à ce niveau et c’est un constat qui m’est personnel, je sais qu’il n’en sera jamais autrement. Je vis déjà le présent avant de m’inquiéter de mon avenir afin d’en profiter.

      Je pense que certaines choses du passé qui n’ont rien à voir avec Notre lien m’ont fait voir la vie autrement, personne ne peut connaître combien d’années l’avenir lui réservera alors je pense souvent à cette phrase d’un film qui résume bien ma pensée : « Chaque jour est le premier jour du reste de votre vie. C’est vrai, sauf pour un jour : le jour de votre mort ». Je profite déjà de ce que la vie m’offre de merveilleux et j’essaie de combler les vides au fur et à mesure, sans gâcher ce que j’ai déjà et qui m’est si cher.

      Que devrais-je regretter? Je sais que la vie classique ne me correspond pas et que je ne pourrais pas m’épanouir sans Mon Maître. Le reste se construira, avec les bonnes personnes, dans les moments opportuns, je le souhaite et l’espère bien sur mais je ne maîtrise pas ces données. Je crois que si cela devait continuer ainsi et que je ne trouve pas à combler cette partie de ma vie, je préférerais continuer ainsi et me faire une raison. Je serais trop malheureuse sans Mon Maître. Je ne suis malgré tout pas fataliste, il faut savoir être patient. La vie a déjà mis sur mon chemin une âme qui m’a prouvé que cela serait possible alors je ne cesserai pas d’y croire.

      Je tiens aussi à dire que, même si on peut le voir à droite ou à gauche, pour moi, un Maître, pour être Maître ne doit être que Maître (comprends que ce rôle est tellement important qu’il ne peut pas être partagé avec d’autres rôles). Il est probable que des couples « vanilles » soient aussi des couples « SM » mais de ce que je vois, l’intensité de la relation BDSM ne sera jamais aussi forte. Comment demander à son mari de bien vouloir descendre les poubelles à 18h00 pour se soumettre à lui à 20h00… cela doit pouvoir se faire, mais pour moi cela manquerait d’absolu. Mon Maître est Mon Maître, tout le temps et je ne passe pas avec Lui d’un rôle à un autre et c’est réciproque.

      Peut être que ton désir de construire cette autre partie de ta vie prend le dessus sur ta vie de soumise, prend plus d’importance et que tu commences à en prendre conscience. Personnellement je ne pourrais pas mettre de côté la soumise en moi alors la question ne se pose pas. Peut être préférerais tu aussi quelqu’un qui soit également célibataire tout comme toi ou qui ne sépare pas sa vie de Maître et d’homme. Autrement, je sais aussi que parfois nous nous voilons la face, que même si nous la combattons et ne la considérons pas, la jalousie est bien présente, même si nous préférerions que ce ne soit pas le cas alors peut être qu’inconsciemment tu désirais qu’il n’aurait pas cette autre femme qui prend de la place dans sa vie et qui par la force des choses espace vos rencontres.

      C’est difficile de te répondre je ne te connais pas, je ne connais pas votre histoire et je pense qu’il serait indélicat d’émettre un jugement arrêté ;).

      En espérant t’avoir tout de même aidé un peu.

  6. Svetlana de St Clit

    Ce témoignage m’ouvre les yeux : j’avoue chercher la solution et je cherche à effacer cette jalousie qui monte en moi, bien malgré moi. C’est un sentiment négatif et je lutte contre. Mais je n’ai pas encore trouvé de réponse. Je suis soumise et libertine, tout ceci est assez nouveau pour moi. Je libertine avec mon époux et Maître (que je connais depuis 1 an et demi). Parfois, le voir séduire et le voir en action me fait mal. Je gère du mieux que je peux, mais je sais qu’il y a encore du travail. Et pire encore, je ne pourrais concevoir qu’il ait une autre soumise que moi. Il m’aime, je le sais. Mais …j’ai vraiment besoin qu’on m’aide. Il n’accepte pas du tout ma jalousie, et pourtant je ne lui fais pas de grandes scènes. Non, je suis introvertie, je souffre en silence. Mais il me connait bien, et devine les pensées qui me torturent.

    • Céline Messine

      Bonjour,

      Je ne pense pas que tu sois la seule à ressentir cela, dans des proportions qui parfois peuvent gâcher une relation.

      Je suis quelque part certaine que cette jalousie vient d’un gros manque de confiance en toi même. Tu dis d’ailleurs « il m’aime, je le sais », donc tes peurs, doutes ne viennent certainement pas de lui.
      J’ai moi même eu peur parfois aussi de la concurrence avec d’autres femmes.

      Mon Maître a su m’aider à avoir suffisamment confiance en moi pour surmonter tout cela. Parfois parler (tu dis être introvertie) permet aussi de dépasser certaines craintes. Le premier pas est le plus difficile.

      Tu dis que le voir séduire ou en action te fait mal parfois, pourquoi ne pas t’impliquer avec lui par exemple dans ces moments pour commencer? Lui apporter toi même ces femmes par exemple, en être l’instigatrice?
      Je ne te connais pas du tout et cela est difficile de conseiller ainsi ;).

      J’espère que tu arriveras surmonter ta jalousie avec le temps et l’aide de ton maître.

      Céline

  7. Comme d’habitude, un très joli texte qui nous permet de mieux comprendre les sentiments d’une soumise. Cet article a d’ailleurs bien répondu à certaines de mes interrogations concernant les sentiments qu’il peut y avoir entre une soumise et son Maître.

  8. Amaelys

    Un texte qui respire la sincérité et le bon sens. Je dois avouer que je suis assez admirative de votre façon de vivre tout ça : rien n’est caché, tout est pure honnêteté et c’est certainement en grande partie pour ça que votre tandem marche si bien. Je suis bien d’accord pour dire que la jalousie est un poison dans n’importe quelle relation et qu’une fois qu’il est loin, il ne fait que s’étendre et finit par tout condamner. Plus facile à dire qu’à faire pour certain(e)s la confiance reste le maître mot de toute relation.
    Pour avoir connu la situation inverse où il fallait rester prudent parce que l’épouse ne savait rien, ça n’est pas vivable. J’étais jeune et prête à tenter puisque je n’avais rien à perdre, mais les situations compliquées qui manquent de sincérité et de simplicité : très peu pour moi. Je ne recommande ce trio (voire plus) malsain à personne et je pense que vous avez réussi à trouver votre équilibre malgré tout. Bravo!

  9. Bonjour Madame,

    La jalousie est un sentiment que l’on ne peut empêcher.
    L’important n’est pas le ressenti mais ce que l’on en fait.
    Comme vous l’avez si justement indiqué la jalousie est souvent la marque d’un manque de confiance.
    Ce manque de confiance que l’on attribue à tord à l’autre est en réalité un manque de confiance en soi.

    Il faut toujours penser à se soigner soi.

    L’exclusivité est une chose compliquée, elle l’a toujours été et à toutes les époques.
    Elle apporte avantage et inconvénient comme tout type de rapport.
    L’important est de s’épanouir et se plaire dans une ou des relations.
    La liberté de soi.

    Merci encore à vous Madame.

    Vincent

Répondre