Flash
Accueil / BDSM / Prise d’initiative en soumission : Ma soirée du 06/06/2014
Prise d’initiative en soumission : Ma soirée du 06/06/2014

Prise d’initiative en soumission : Ma soirée du 06/06/2014

Ma semaine de stage se termine et j’ai besoin de retrouver Mon Maître, de retrouver aussi la Soumise en moi, ces derniers temps Nous avons dû la mettre un peu de côté en travaillant la domina en moi, être la Chienne de Mon Maître me manque.

Prise d’initiative en soumission

Il est déjà 21 heures lorsque Mon Maître arrive ce vendredi soir, je suis épuisée par ma semaine de stage qui finira le lendemain, mon corps dit stop et pourtant je suis pleine de désirs. Je n’ai pas beaucoup vu Mon Maître cette semaine car je termine toujours tard et me lève à 5h30 tous les matins.

Mon Maître arrive, je lui sers un café et me positionne face à lui. Nous discutons de cette semaine de folie et il est fier de moi, de ma progression professionnelle et sociale. Tout n’est pas que sexuel dans un rapport Maître/Soumise, il me dirige aussi dans ma vie « classique » et les fruits de mes efforts sont en train d’apparaître. Je le trouve un peu nerveux cela étant dit et je m’en inquiète, je crois qu’il le sent car Il me dit qu’Il me trouve bizarre et Il me demande si quelque chose ne va pas. Je suis surprise, je suis seulement fatiguée et j’imagine que cela se voit mais à côté de cela, je suis tellement heureuse de le voir. Je vais bien.

Je sens qu’il est stressé et que cette semaine a été difficile pour lui. Nous parlons beaucoup et de temps en temps ses doutes reprennent le dessus, il me trouve bizarre. Je n’aime pas cela parce que ce n’est pas le cas et je me permets de lui faire part de mon ressenti : « C’est Vous Mon Maître qui n’êtes pas vraiment là avec moi. Je Vous assure que tout va bien.»

Nous vivons plusieurs vies en une seule et c’est parfois compliqué, le travail, les tracas du quotidien, un peu comme pour tout le monde… Mon Maître a compris mes paroles et ne m’en tiens pas rigueur, au contraire, il sait que j’ai raison et m’offre un sourire complice. Le temps passe et je pense que Mon Maître n’a pas l’esprit pour se détendre alors en bonne Chienne je décide de prendre les devants, ce qui est une première pour moi.

Il ne me viendrait jamais à l’idée de réclamer quoique ce soit, Mon Maître fait ce qu’il veut de moi, quand il le veut, comme il le veut, où il le veut. Simplement je me dis que je ne prends pas souvent des initiatives et que cela pourrait être idéal à ce moment-là. La prise d’initiative en soumission n’est pas aisée, la soumise peut appréhender la réaction de Son Maître. Que cela pourrait peut-être le soulager, lui faire du bien. Mon Maître m’a toujours incitée à prendre des initiatives et à présent, je me sens assez épanouie pour le faire, il est temps que la peur de mal faire ou de lui déplaire soit mise au placard.

Il est assis sur le canapé, je prends un coussin et m’agenouille devant lui en posant ma tête contre sa jambe. Je remonte un peu ma nuisette pour qu’il puisse observer mon cul alors que je me penche sur Lui. Je me fais chatte, féline et je Le caresse, L’embrasse, cela Lui plait, Il se laisse faire. Il est habillé mais je sais qu’il ressent tout, notre connexion est forte et je sais que je peux me laisser aller.

Je frotte mon visage sur lui, remonte sur sa jambe. Je sais que j’ai l’air d’une chienne en chaleur et cela m’excite. Il pose sa main sur ma tête et me caresse les cheveux comme on caresse une chienne. Je prends mon temps, je veux le détendre. Je sais qu’il n’aura pas envie d’être doux avec moi aujourd’hui et cela ne m’empêche pas de prendre soin de Lui et de Le vénérer à ma façon. C’est mon rôle d’être son défouloir, je suis là uniquement pour Son plaisir.

J’arrive sur son entrejambe et mes baisers se font plus forts, plus marqués. Sa main se resserre sur mes cheveux, il appuie maintenant fortement sur ma tête et m’oriente le visage sur sa queue. J’alterne entre baisers et frottements, je sens sa queue durcir, battre à travers son pantalon et cela m’excite comme une folle.

Ma bouche se resserre autour de sa queue, malgré le jeans qui les sépare, j’ai tellement envie de le sucer que je commence à gémir. Mon Maître ressent mon envie de le pomper mais il profite de ce moment et laisse monter la pression. Je sens ma mouille qui coule le long de mes cuisses et je remarque que je dandine mes fesses naturellement comme une Chienne en chaleur. Si je m’écoutais je serais en train de me frotter le sexe sur sa jambe mais je suis Sa Soumise et je ne fais que le contenter.

Je m’applique avec ma bouche et sens les battements de la queue de Mon Maître, cela m’encourage à me laisser encore plus aller. Il défait sa ceinture et ouvre la braguette de son pantalon, ma langue va enfin pouvoir entrer en contact avec la peau de sa queue. Je sors bien ma langue de ma bouche et l’appuie sur la base de sa verge dure avant de remonter lentement sur son gland. Je gobe alors sa queue petit à petit et laisse couler ma bave pour qu’elle soit bien lubrifiée. Je suce lentement et avec application Mon Maître. Il est excité et retire son pantalon pour être plus libre de ses mouvements, il me prends par les cheveux et m’enfonce sa queue au fond de la gorge.

Ma bouche est assez lubrifiée et je suis décontractée, il peut me baiser par la bouche comme s’il me baisait par la chatte. Il attrape ma tête à deux mains et commence ses vas et vient, je me concentre et garde ma bouche bien ouverte pendant qu’il la défonce. Je maîtrise aujourd’hui les hauts le cœur et c’est intriguant le plaisir que je ressens lorsqu’il est tout au fond de ma gorge m’étouffant de sa queue dure.

Alors que je gémis de plus en plus fort, Mon Maître se retire et me plaque à quatre pattes par terre, la tête contre le canapé. Je sens son gland pointer sur mon petit trou et j’inspire fort, cela fait un petit moment qu’il n’a pas été ainsi ouvert, de façon directe, violente. La queue de Mon Maître est très dure quand il m’ouvre le cul d’un coup sec. J’aime lorsqu’il me brutalise ainsi, qu’il me prend le cul de force. La violence de ses allers retours dans mon fondement me créée en même temps douleur et plaisir.

Mon Maître me souffle à l’oreille que j’ai bien fait de le provoquer en me frottant à lui. Je suis aux anges. J’ai toujours besoin d’être Sa Soumise même si maintenant il développe aussi la domina en moi. C’est ce qui me donne mon équilibre et je n’oublie pas combien je lui dois.

Je jouis sous ses ordres alors qu’il me défonce le cul, mais il n’a pas encore fini de me tourmenter. Il sait que la douleur que je ressens est plus importante après une jouissance et je résiste pour lui, pour son plaisir alors qu’il me démonte par derrière sans le moindre ménagement. J’aime quand il me viole ainsi le cul, qu’il m’encule à me déchirer et je lui dis. En ultime récompense je sens sa queue battre une dernière fois puis exploser dans mon trou de Chienne, les giclées de sperme sont puissantes, bouillantes et me brûlent de l’intérieur en coulant dans mes entrailles.

Je remercie Mon Maître d’avoir baisé Sa Chienne en chaleur, insolente et d’avoir répondu à mes provocations en baisant ma bouche et mon cul sans le moindre ménagement. J’ai eu ce que je méritais, il est vidé et plus détendu, je vais pouvoir m’endormir sereinement avant d’entamer ma dernière journée de stage. La prise d’initiative en soumission n’entre pas en contradiction avec le statut de soumise, il faut simplement apprendre à se faire confiance et oser. Je pense que tout Maître qui se respecte ne va pas punir sa soumise si elle cherche à lui faire plaisir, tant que cela ne la met pas en danger et n’enfreint pas d’autres règles.

Qu’en avez-vous pensé ? Laissez-moi un commentaire.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

3 commentaires

  1. Tu as effectivement reçu ce que tu méritais…
    Tu as de la chance d’avoir un maître tel que le tien !

  2. Bonjour Madame,

    Quel plaisir de vous retrouver.
    Il est des moments dans la vie où il est difficile de s’offrir autant de temps libre que l’on souhaiterait.
    Du temps libre que nous pouvons transformer en temps de plaisir.
    Le plaisir est toujours présent lorsque je vous lis, que je parcours chacun de vos mots.
    Il est difficile dans une relation de concilier le personnel, le couple et le professionnel. Seul l’intelligence de tous les protagonistes permet d’arriver au bonheur et au plaisir sur du long terme.

    Je comprends votre envie d’inviter votre Maître à jouer de vous.
    La démarche de s’offrir, de provoquer la soumission est en soi une chose des plus excitantes et j’imagine votre Maître aux anges.

    Merci à vous pour ce moment de plaisir partagé.

    Vincent

Répondre