Flash
Accueil / Entre femmes / Mateuse ou voyeuse j’aime regarder les filles
Mateuse ou voyeuse j’aime regarder les filles

Mateuse ou voyeuse j’aime regarder les filles

Je mate les femmes depuis toujours, mon radar me montre les plus jolies aperçus chez tout types de femmes. Ravissantes, élégantes, insouciantes, naïves…

Mateuse de filles

Je n’ai pas le regard critique que beaucoup de filles ou de femmes ont entres-elles. J’adore mater les femmes, sans jamais une once de jalousie mais simplement pour les observer, elles me fascinent mes congénères et m’attirent. A vrai dire je ne me compare jamais aux autres filles ou autres femmes et visiblement, c’est assez peu courant. Je regarde seulement ce qui me fait envie, c’est aussi simple que cela. De jolies fesses, une poitrine, un décolleté, des seins libérés sous un chemisier. Tout cela me parle. Parfois une jupe un peu trop courte attire mon regard bienveillant là ou de plus en plus de personnes s’offusquent hypocritement. La naissance de bas chez une jeune femme encore incertaine ou méconnaissant ses charmes m’amuse et me touche. Des jambes un peu trop écartées sous une jupe assise à la terrasse d’un bistrot et mes yeux se fixent, c’est inévitable.  Mon radar est toujours connecté et force est de constater que, comme un mec, mon radar est orienté sur les femmes. Je joue la mateuse, la voyeuse.

Mateuse de filles ravissantes

Ado, à partir de 13 ans, un joli visage suffisait à captiver mon regard. Il y avait deux types de filles dans mes classes, celles qui n’avaient pas encore vraiment de féminité développée et celles qui abusaient de leur féminité naissante. Entre les deux, mon cœur a balancé. Certaines ne se cachaient pas derrière des monticules de poudre en tout genre. Un simple trait fin d’eye-liner suffisait à les parer et à m’accrocher. Pas d’artifices, la beauté naturelle savait m’émouvoir. Elles n’étaient pas encore formées comme moi je l’étais, elles ne savaient pas encore ce que c’était d’être une femme, moi non plus cela étant. Naïves et insouciantes, un peu comme moi, peut-être un peu plus naïves et un peu moins insouciantes. Cela étant dit, je ne pouvais pas m’empêcher non plus de regarder celles qui se paraient de bijoux en tout genre, de maquillages exagérés et de tenues dévoilant leurs atouts féminins naissants. Etre voyeuse avec elles était plus excitant. Elles avaient un autre effet sur moi, bien plus sexuel et je ne pouvais empêcher mon regard de plonger et mater dans leurs décolletés. Elles jouaient déjà avec les garçons et ce à mon plus grand bonheur, je profitais de ces artifices aussi. Je pouvais être mateuse et voyeuse bien cachée.

Mateuse de femmes raffinées

Vers 16 ans, j’ai commencé à regarder les femmes avec plus d’insistance, mon attirance se développait et les femmes étaient plus importantes dans mes envies, dans mes fantasmes. L’éventail des femmes à portée de mes yeux était bien plus varié. J’ai fait un bon moment une fixation sur les femmes asiatiques. C’était probablement un stéréotype qui tient bon, avouons-le. Mais j’ai aussi commencé à être mateuse ou voyeuse avec mes aînées à ce moment-là. Ces femmes qui malgré le temps continuent à défier la nature. Elégantes, raffinées, un peu classique mais attirant tout autant mon regard. Leur démarche, le balancement régulier de leurs fesses, leurs talons fins qui galbent leurs jambes. Quelle sensualité ! Cela me parle… aussi !

Mateuse de filles sensuelles

Aujourd’hui j’ai 24 ans et j’ose aborder des femmes ou des jeunes filles quand elles me plaisent. Celles qui au-delà d’une simple attirance physique, créé chez moi ce petit plus qui me donne la force de leur sourire et de les complimenter. Je les regarde de la même manière, même si elles ne sont pas forcément les plus belles. Et pourtant, l’excitation et l’envie sont en moi. Je les désire vraiment. La plupart du temps elles ne s’en rendent pas compte et je n’insiste pas, pas la peine de les mettre dans l’embarras et cela me fait juste plaisir, juste du bien, il faut dire qu’aujourd’hui peu de femmes sont abordées de façon élégante… Vis-à-vis d’elles, j’ai au moins cela pour moi.

J’ai fini par réaliser, que mon radar essayait tout simplement de trouver « celle qui », celle qui aurait le profil idéal pour me correspondre et partager une part de cette vie atypique. Sensuelle et sexuelle, docile et soumise, atypique et bisexuelle, demandeuse et à éduquer, prête à l’abandon. En attendant, je continuerai à jouer ma mateuse discrète et vous regarder si belles les filles.

JOIN OUR NEWSLETTER
Infos privées, soirées BDSM sur invitation, bons de réduction chez mes partenaires, restez informés des évolutions de mon blog et du monde BDSM.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

11 commentaires

  1. Très beau texte plein de sensualité.

  2. Je me retrouve assez dans cet article, je suis certaine que nombre de femmes en regarde d’autres sans jamais rien s’avouer, mais que le désir se cache. J’imagine que pour la plupart c’est le contexte parfois familial, social, moralisateur qui joue.

    Je me souviens d’une amie qui s’amusait de mon questionnement sur mon attirance pour les filles, et qui ensuite niait fermement ce qui se passait…je passais pour l’amoureuse éconduite, il lui aura fallu pres de quinze ans pour admettre ce goût pour les femme même si elle n’est pas lesbienne.. Comme quoi!

    Tu trouveras certainement celle qui s’offrira a toi et aura tout ces desirs peut être inavoués 🙂
    Je suis du genre convaincue que certaines personnes savent parfois très clairement lire en nous avec si peu de choses (et s’en est troublant)

    Et meme tres franchement j’aurais certainement secrètement voulu tenter ma chance un moment donné, ai je dis secrètement? 🙂

  3. T’es impressionnante, <3

  4. chris59lille

    Il serait bon de les revoir quelque temps après qu’elles aient analysées la situation. La plupart d’entre elles doivent, après avoir accusé le coup, regretter leur comportement.
    Je suis persuadé qu’au final certaines de vos conquêtes ne seraient pas contre de se laisser tenter par une expérience saphique en toute intimité.
    Il faudrait probablement provoquer une nouvelle rencontre fortuite afin de voir si elles ont cette petite étincelle dans leurs yeux.

  5. chris59lille

    et donc un étonnement suivi d’un refus ?

  6. chris59lille

    Et comment aborder de façon élégante des femmes qui nous plaisent sans passer pour des dragueurs.
    Alors quand c’est un femme elle meme qui les aborde, comment réagissent elles ? que doivent elles en penser ???

Répondre